Formation qualifiante : 4500 jeunes vulnérables seront formés dans divers métiers

3
Formation qualifiante : 4500 jeunes vulnérables seront formés dans divers métiers
Formation qualifiante : 4500 jeunes vulnérables seront formés dans divers métiers

Africa-Press – Congo Brazzaville. Le ministre de l’Enseignement technique et Professionnel, Ghislain Thierry Maguessa Ebomé, a lancé, le 16 novembre à Brazzaville, des formations des jeunes vulnérables de la troisièmecohorte sélectionnée par le Projet de développement des compétences pour l’employabilité (PDCE), cofinancé par le gouvernement et la Banque mondiale (BM).

D’une durée de neuf à douze mois, la formation des jeunes défavorisés va porter notamment sur: la maçonnerie; le carrelage; la tôlerie peintur; la plomberie; la topographie ; l’infographie ; la coiffure ; l’élevage porcin ; le maraîchage ; l’arboriculture ; la pâtisserie ; la pisciculture ; la transformation agroalimentaire et la transformation des jus et légumes. Outre les métiers de bâtiments et travaux publics ; de l’agropastoral et de l’agroalimentaire, s’ajoutent ceux de l’industrie, à savoir la tuyauterie, la soudure, la mécanique-automobile, la réparation des groupes électrogènes, l’électricité, la couture, la carrosserie et peinture.

Il s’agit, en effet, d’une formation destinée aux jeunes ayant abandonné leurs études au cycle primaire ou secondaire. Pour Auxence Léonard Okombi, coordonnateur du PDCE, le lancement de ces formations contribue à redonner espoir aux jeunes, en situation de décrochage scolaire et de désœuvrement. « Toutes les formations sont gratuites, les jeunes n’ont aucun franc à dépenser avant, pendant ou après la formation pour se faire délivrer un quelconque papier », a-t-il indiqué, tout en invitant les jeunes bénéficiaires à être attentifs à toutes les informations relatives à la formation.

Ces formations ont ouvert de nouvelles perspectives d’insertion socio-professionnelle et améliorent le capital humain des jeunes. Les différentes compétences acquises permettront aux bénéficiaires de pouvoir s’autonomiser, en optant chacun pour l’emploi salarié ou l’auto-emploi.

Auxence Léonard Okombi a ajouté : « La troisième cohorte va clôturer l’aventure du PDCE mais, à notre avis, elle devrait ouvrir une réflexion sur les nouvelles perspectives sur un PDCE 2, plus ambitieux car la moisson est abondante. »

De son côté, le ministre de l’Enseignement technique et Professionnel, Ghislain Thierry Maguessa Ebomé, s’est réjoui du lancement de ces formations, rendu possible grâce au financement additionnel du gouvernement congolais et de la BM. « Former, c’est bien. Mais notre objectif est l’insertion professionnelle des jeunes. Les formations de la troisième cohorte que nous lançons ce jour concernent 5000 jeunes. Ce qui fera passer le nombre des jeunes formés et qualifiés à 10 162, depuis la mise en œuvre du PDCE », a fait savoir le ministre.

Thierry Maguessa Ebomé a, dans le même élan, exhorté les animateurs à accorder une attention particulière à la situation professionnelle des jeunes après la formation. « Les prestataires de formation, les maîtres artisans ont la lourde responsabilité de façonner l’esprit d’entreprise dans la conscience des jeunes, afin qu’ils deviennent des vrais acteurs de la diversification de l’économie nationale », a-t-il déclaré

La représentante de la BM au Congo, Korotoumou Ouattara, quant à elle, a estimé que l’engagement et la détermination des formateurs, encadreurs sont essentiels pour délivrer à ces jeunes une formation de qualité, mais aussi un savoir-faire et être en vue de les rendre plus compétitifs et améliorer la qualité de services tout en résorbant le chômage.

Ayant démarré ses activités en 2014, le Projet de développement des compétences pour l’employabilité a pour objectif de promouvoir l’acquisition et le renforcement des compétences à l’emploi et à l’entrepreneuriat pour les jeunes vulnérables vivant dans les zones urbaines pour améliorer leur insertion sur le marché du travail et leur revenu. Au total, 27064 jeunes ont été enrolés dans le cadre dudit projet dont 13 873 à Bzazzaville et 13176 à Pointe- Noire.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here