Affaire Cyrus Ngo’o: révélations de France 24 sur la nationalisation de la gestion du terminal

7
Affaire Cyrus Ngo’o: révélations de France 24 sur la nationalisation de la gestion du terminal
Affaire Cyrus Ngo’o: révélations de France 24 sur la nationalisation de la gestion du terminal

Africa-PressCameroun. • La gestion du terminal à contenuers du PAD a été nationalisée

• Cyrus Ngo’o est dans le viseur de la justice

• Révélations de France 24

Le directeur général du port autonome de Douala, Cyrus Ngo’o est depuis quelques semaines dans le viseur du tribunal criminel spécial (TCS) dans le cadre d’un scandale de détournement de deniers publics. Si certains observateurs estiment que la principale cible dans cette affaire n’est nul autre que le ministre secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, d’autres pensent que cette campagne judiciaire est la résultante de la nationalisation du terminal à conteneurs du PAD, géré depuis 2004 par Douala International Terminal (Dit), une filiale du Groupe Bolloré.

Arrivé en 2016 à la tête du PAD, Cyrus Ngo’o a pour principale mission d’entreprendre la modernisation de la place portuaire de Douala, la plus importante du Golfe de Guinée. Il va aussitôt s’y atteler. Mais devant lui se dresse un obstacle majeur à savoir, le renouvellement de la concession dont jouit Douala International Terminal (Dit), une filiale du Groupe Bolloré depuis 2004. C’est sur ces entrefaites que bien avant la fin de la concession qui devrait intervenir le 31 décembre 2019, le directeur général du Pad lance un appel à manifestation d’intérêt pour le renouvellement de la concession du terminal à conteneurs de Douala.

Pour Bolloré, c’est le début de la fin au Pad puisque Dit n’a même pas été qualifié pour la suite de la sélection. C’est alors que commence une série de recours introduits par DIT pour remettre en cause les résultats de l’appel d’offres. Aussi bien à Douala qu’à Paris en passant par Abidjan, Bolloré a le vent en poupe. Il gagne particulièrement tous ces procès.

Dans un reportage, nos confrères de la chaine de télévision France 24 sont allés à la rencontre des agents du PAD et ont touché du doigt ce qui est reproché à l’homme d’affaires français. Ils précisent que cette saga judiciaire menace de virer à la guerre commerciale entre les deux protagonistes.

La rédaction de CamerounWeb vous propose l’intégralité du reportage

PORT DE DOUALA : LES RETOMBEES DE LA NATIONALISATION (L’Essentiel du Cameroun N°348)

La finalité de la nationalisation est l’accroissement du patrimoine de l’Etat et la démonstration de la puissance publique. Les retombées peuvent être économiques et politiques.

Lorsqu’un Etat nationalise une entreprise, il espère tirer plus de bénéfices que les impôts et autres dividendes que versaient les anciens propriétaires. Il espère aussi mettre en œuvre, un plan de développement et de réorientation de la production et de ses moyens. Certains analystes économiques soulignent que la nationalisation des entreprises permet aux gouvernements de relancer les investissements et d’en avoir une étroite coordination, de mettre une stratégie cohérente en matière industrielle. En nationalisant les activités du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala (Pad), Cyrus Ngo’o le directeur général avait certainement à cœur de booster la rentabilité.

Ses premières décisions ont été de rassurer les clients. Ainsi, dans une circulaire signée le 9 décembre 2019, il décide : « Les clients du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala bénéficieront dès le 1er janvier 2020, d’une réduction de 10% sur les tarifs des opérations de manutention terre et de relevage ». Une décision bien accueillie parle Groupement professionnel des aconiers du Cameroun (GPAC). Les clients du terminal à conteneurs ont aussi salué l’action de la régie déléguée (RTC) qui a permis de ramener la facturation de la manutention bord au Cameroun, ce qui a empêché selon eux, la fuite des capitaux. Malgré les turbulences de la rupture de la convention de concession du terminal à conteneurs entre le Port autonome de Douala et le groupement APM Terminal Bv/Bollore SA signée le 28 Juin2004,les activités se sont poursuivies avec sérénité. Entre le 28 janvier etle 11 février 2020, 10 bateaux sont passés parle port, donc deux surle terminal à conteneurs. Entre le 9 et le 27 février 2020, 27 bateaux étaient annoncés ; 15 devaient être manutentionnés par la régie déléguée du port autonome.

Les économies du dragage

Le terminal à conteneurs n’est pas le seul secteur à avoir été nationalisé par le directeur général du Port autonome de Douala. En 2020, les opérations de dragage ont été nationalisées. Selon l’Autorité portuaire Nationale, avec la reprise en main du dragage par le Pad, le Cameroun retrouve sa pleine souveraineté sur la principale autoroute d’accès au port de Douala/Bonaberi. Au-delà de la réduction drastique des coûts de cette activité et la fin du chantage permanent exercé par les multinationales qui étaient chargées du dragage, le Pad voudrait en faire une activité génératrice de revenus pour l’entreprise, à travers la location de ses équipements et l’exploitation des sédiments issus du dragage. Le coût annuel des opérations de dragage était de 17,16 milliards de Fcfa. En nationalisant le Port autonome de Douala projette faire des économies de 10,46 milliards de FCFA par an. Pour joindre l’acte à la parole, la régie déléguée du dragage a été créée ; des équipements appropriés ont été acquis. Ces équipements ont été inaugurés le 13 octobre 2020parlePremierministre Joseph Dion Ngute. Au-delà du feuilleton judiciaire portant sur la réquisition des biens appartenant à Douala International Terminal(DIT),la nationalisation du Port autonome de Douala porte déjà ses premiers fruits. Si le cap est maintenu, nul doute que dans les prochaines années les retombées seront plus importantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here