Élections régionales au Cameroun : que pèsent vraiment les chefs traditionnels ?

7
Élections régionales au Cameroun : que pèsent vraiment les chefs traditionnels ?
Élections régionales au Cameroun : que pèsent vraiment les chefs traditionnels ?

Africa-PressCameroun. Ils ne cessent de gagner des positions de pouvoir dans l’appareil d’État. Lors des élections régionales, 20 seront élus au titre du « commandement traditionnel ». Pourtant, sur le terrain, l’influence des chefs traditionnels s’amenuise.

dans ce dossier Voir tout le sommaire Régionales au Cameroun : les enjeux du scrutin Cabral Libii, le « Macron camerounais » en pleine débâcle électorale
Régionales au Cameroun : les premières leçons d’un scrutin inédit

C’est un cadeau qui tombe comme un pavé dans marre. Le 2 décembre dernier le président camerounais, Paul Biya, a décidé d’accorder un « appui financier » aux chefs traditionnels candidat à l’élection des conseillers régionaux du 6 décembre prochain. Pour en informer l’opinion publique, le gouvernement a choisi le moyen du communiqué, un mode de communication qui a dispensé son signataire, le ministre de l’Administration territoriale, de toute référence à la loi.

En fait, il existe bien une loi sur le financement des campagnes électorales. Mais aucune disposition légale ne fait mention du financement des candidatures indépendantes des chefs traditionnels. Saisissant l’opportunité de ce vide juridique le chef de l’État, qui préside en même temps le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), – le parti au pouvoir largement favori dans ce scrutin au terme duquel il devrait emporter la majorité des conseils régionaux – , se présente en bienfaiteur auprès des « gardiens des traditions ».

Soigner ses relations avec ces personnalités exerçant une forte influence morale et spirituelle sur leurs administrés n’a rien de désintéressé. C’est un investissement dont l’auteur attend des dividendes lorsque ses obligés siègeront au sein des conseils régionaux. Il faut dire que le pouvoir hyper centralisé de Yaoundé met en place ces élections comme on boit une potion amère. Il a attendu 24 ans après l’entrée en vigueur de la Constitution qui les prévoit, pour organiser les premières régionales de l’histoire du pays.

Quoi qu’il en soit, le 6 décembre, chacune des dix régions du Cameroun va élire 90 conseillers régionaux dont 70 représentants des départements et 20 représentants du « commandement traditionnel ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here