Relations internationales : Le professeur Jean Emmanuel Pondi explique pourquoi l’Afrique demeure « en voie de développement » après 60 ans d’indépendance

9
Relations internationales : Le professeur Jean Emmanuel Pondi explique pourquoi l’Afrique demeure « en voie de développement » après 60 ans d’indépendance
Relations internationales : Le professeur Jean Emmanuel Pondi explique pourquoi l’Afrique demeure « en voie de développement » après 60 ans d’indépendance

Africa-PressCameroun. Pourquoi l’Afrique demeure-t-elle « en voie de développement » en dépit du long moment déjà passé en situation d’affranchie ? C’est la question à laquelle le politologue camerounais Jean Emmanuel Pondi s’est employé à répondre ce 22 octobre à Douala. Celui qui occupe les fonctions de vice-recteur en charge des enseignements, de la professionnalisation et du développement des TIC à l’université de Yaoundé II Soa a dirigé la « leçon inaugurale » de la rentrée solennelle de l’ l’Institut Panafricain pour le Développement (IPD) Afrique Centrale sur le thème : « peut-on être en voie de développement pendant 60 ans » ?

Le professeur titulaire des universités explique cet état d choses en déclarant que les structures chargées de développer ont une mission « un peu ambigüe ». Citant le PNUD, la BAD, les organisations sous-régionales comme la CEDEAO, la CEMAC, il explique que « la multiplicité de ces structures pose problème. L’œuvre de l’un peut être amputée par celle de l’autre », ajoute l’enseignant de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC). L’universitaire considère en fin de compte que la multiplication des structures dédiées au développement peut bien marcher ou pas du tout.

L’autre gros frein au développement de l’Afrique qu’il a détecté est la présence simultanée des entrepreneurs de paix et des entrepreneurs de guerre. Il invite de ce fait les Africains à éviter de tomber dans le piège de la dernière catégorie citée. Le professeur Pondi pointe aussi du doigt le rôle joué par le système éducatif. Pour lui, celui-ci « apparaît davantage comme un système de légitimation du sous-développement que de sortie de cette condition ». Il conteste « vigoureusement l’hypothèse qui présente l’Afrique comme un continent pauvre » et pour le démontrer, énumère les quantités de richesses naturelles dont regorge le sol du continent berceau de l’humanité.

Tout en rappelant que la Libye de Mouammar Khadafi était le pays le plus prospère de l’Afrique il n’ y a pas longtemps, l’afro optimiste soutient qu’ « oser dire de l’Afrique qu’elle est pauvre ressemble davantage à de la provocation ». Il croit que la vraie richesse de l’Afrique se trouve dans ses ressources humaines. Selon lui, le futur du monde est entre les mains de la jeunesse africaine qui elle n’en a pas conscience. Le spécialiste des relations internationales déclare que la transformation des ressources naturelles en richesses doit être le prochain challenge des Africains. Le professeur Pondi poursuit en indiquant que « nous devons exiger de toutes les cultures du monde un respect mutuel ». L’homme de science préconise pour l’Afrique « le changement sans intermédiaire », seul vrai gage de souveraineté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here