Agriculture: Un projet de loi en vue de l’organisation de l’agriculture biologique en gestation

1
Agriculture: Un projet de loi en vue de l’organisation de l’agriculture biologique en gestation
Agriculture: Un projet de loi en vue de l’organisation de l’agriculture biologique en gestation

Africa-PressCameroun. Depuis le 9 septembre 2021 à Yaoundé, il se tient un atelier de pré-validation de la loi régissant l’agriculture biologique au Cameroun. Les travaux entamé hier ont été présidés par le ministre délégué auprès du ministre en charge de l’Agriculture chargé du Développement rural, Clémentine Ananga Messina. Plusieurs acteurs du secteur agricole prennent part à ces travaux.

De «agriculture biologique», il faut entendre: «un système de production dont la pratique consiste à préserver l’environnement et les ressources naturelles, incluant les sols, l’eau et la biodiversité. L’agriculture biologique consiste à produire des aliments sans recourir aux pesticides nocifs, afin de préserver la santé des populations», peut-on lire dans les colonnes du quotidien Cameroon Tribune en kiosque ce 10 septembre 2021.

Ainsi, notre confrère affirme que le MINADER qui dispose encore de zones à fort potentiel agricole biologique non encore exploitées de manière optimale, veut élaborer, en collaboration avec certains acteurs locaux et la Coopération allemande, un projet de loi qui va permettre d’organiser cette filière, afin d’accroître l’accès à une alimentation saine aux populations.

C’est ce qui a fait dire à Clémentine Ananga Messina dans son discours de circonstance, que l’agriculture biologique s’inscrit dans le cadre de la matérialisation de l’agriculture de seconde génération. Ce type de production, a-t-elle poursuivi, «se fonde sur quatre principes majeurs: la santé, l’écologie, l’équité et la précaution. Sur le plan de la santé par exemple, l’agriculture biologique soutient et améliore la santé des sols, des plantes, des animaux, des hommes et la planète, a-t-elle conclu», écrit le reporter.

Notre confrère précise que dans le projet de loi en préparation, il est question de définir le mode de production de l’agriculture biologique et d’établir le cahier de charges des acteurs qui s’y lancent. Mais également, de trouver le moyen d’encadrer la production animale et végétale faite de manière biologique, afin d’avoir des productions commercialisables.

Enfin, «au terme de ces deux jours de travail, les acteurs réunis à Yaoundé auront pour mission de formuler des propositions visant à enrichir le projet de loi qui sera par la suite acheminé dans les différentes chambres du Parlement pour examen et approbation. Une fois adoptée et promulguée, cette loi va permettre à ce qui se fait actuellement à travers la production du miel, bitter-kola… de se développer», lit-on.

Wilfried ONDOA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here