Développement du palmier à Huile et de l’Hévéa: L’Etat veut augmenter la production annuelle

2
Développement du palmier à Huile et de l’Hévéa: L’Etat veut augmenter la production annuelle
Développement du palmier à Huile et de l’Hévéa: L’Etat veut augmenter la production annuelle

Africa-PressCameroun. La première session du Comité de pilotage du projet de développement du palmier à huile et de l’hévéa (PNDPHH) s’est tenue le 8 septembre 2021 à Yaoundé. Elle était présidée par le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), Gabriel Mbaïrobé. D’après le quotidien Cameroon Tribune en kiosque ce 9 septembre 2021, «il a été question pour les membres de cette organisation de trouver des voies et moyens pour augmenter la production».

Dans son allocution de circonstance, le MINADER a affirmé que: «ces deux filières importantes sont non seulement celles qui contribuent à la sécurité alimentaire, mais elles contribuent à la création importante d’emplois, et à l’amélioration des revenus des ménages. Aussi contribuent-elles à l’augmentation de la balance commerciale nationale», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Le ministre poursuit en disant qu’il est possible d’augmenter la production de palmier à huile et d’hévéa parce que: «les exploitations aujourd’hui en activité sont sous utilisées. Vous avez des rendements de l’ordre de sept tonnes à l’hectare alors qu’on peut aller jusqu’à 15 tonnes pour la même superficie. Notre rôle en tant que structure étatique, c’est de structurer ces petits producteurs, renforcer leur capacité et dans la mesure du possible, trouver des moyens pour permettre d’augmenter la production et de ne plus être dépendant de l’importation surtout que nous avons suffisamment des capacités de transformation», écrit le journal.

Pour Gilberte Athalie Tamdem, la coordonnatrice du PNDPHH, «ce projet ambitionne d’apporter un accompagnement durable aux producteurs de ces deux filières dites de croissance dans le but d’accroître le niveau des exportations des produits dérivés de ces cultures. Les actions menées au niveau des cibles vont induire une production annuelle de 71 000 tonnes d’huile de palme sur la base des superficies des plantations villageoises (25 000 hectares abandonnés et 130 000 hectares en activité) réhabilitées et régénérées. Ceci permettra d’accroître l’offre nationale de cette denrée de 20,23% d’ici 2022», lit-on.

Pour ce qui est de l’hévéa, «les actions menées vont contribuer à la production annuelle de 6 667 tonnes de caoutchouc brute sur la base des superficies agricoles réhabilitées et régénérées pour une hausse de l’offre nationale de caoutchouc brute de 11,11% d’ici 2022», conclut-elle.

Wilfried ONDOA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here