Cameroun – Carnet noir: Le personnel de School Tv Africa et l’Association des communes et villes unies du Cameroun pleurent la mort de Paul Eric Kingue

3
Cameroun - Carnet noir: Le personnel de School Tv Africa et l'Association des communes et villes unies du Cameroun pleurent la mort de Paul Eric Kingue
Cameroun - Carnet noir: Le personnel de School Tv Africa et l'Association des communes et villes unies du Cameroun pleurent la mort de Paul Eric Kingue

Africa-PressCameroun. Decor sombre au siège de la télévision de Paul Eric Kingue, School TV Africa, à Yaoundé ce lundi 22 mars 2021. À l’entrée, tronent deux bougies allumées autour du portrait de l’ex- patron des lieux déposé sur un meuble. Sur les visages du personnel, consternation et tristesse. Les employés sont désormais orphelin de leur chef, mort aux premières heures de la matinée.

«Le choc est encore fort. C’est fort parce que le nom Paul Eric Kingue ne rime pas avec mort parce que c’était un homme vivant, un homme dynamique, quand il rentrait dans une pièce, il renvoyait le dynamisme,» s’émeut Alvine Gaelle Njeah Fonguen, directrice de School TV Africa.

Dans la salle de rédaction, habituellement animée, silence radio. La conférence de rédaction n’a pas eu lieu. Encore moins les enregistrements des cours des enseignants. Le personnel partage la douleur de la disparition du fondateur de cette télévision 100% éducation. Le président fondateur ne recevra plus le rapport de sa directrice générale, de l’usine qu’il s’apprêtait à mettre sur pied.

«Il m’a dit Gaelle, fait ce que tu as à faire, tu vas me rendre compte après. Et c’était la dernière fois. J’ai fait ce que j’avais à faire mais je ne vais plus jamais rendre compte», lâche Gaelle Fonguen, directrice générale de School TV Africa, qui fond en larmes.

La mort de Paul Eric Kingue est autant difficile pour ces employés que pour l’association des Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC). Au siège, situé au quartier Bastos à Yaoundé, on porte également le deuil du vice-president, qui quelque temps encore sensiblisait ses camarades sur le respect des mesures barrières contre le Covid-19.

«Il a eu cette prise de conscience de nous alerter. Il m’a donné les assurances qu’il était sorti de la détresse, et qu’il reprendrait dans les prochains jours le travail. Nous avons été surpris par l’annonce de son décès assorti du certificat de genre de mort, covid-19», indique Augustin Tamba, président des CVUC.

Le maire de Djombe Penja, mort à l’âge de 55 ans à marqué les esprits. «Je l’appelais Frérot grande gueule. Mais quelqu’un qui avait des convictions et militait pour le changement. Au plan humain, il etait très avenant», se souvient Augustin Tamba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here