Soupçon d’empoisonnement dans les prisons: le témoignage glaçant de Serges Branko

8
Soupçon d’empoisonnement dans les prisons: le témoignage glaçant de Serges Branko
Soupçon d’empoisonnement dans les prisons: le témoignage glaçant de Serges Branko

Africa-PressCameroun. • Christian Penda Ekoka est décédé

• Certaines sources avaient évoqué la thèse de l’empoisonnement

• Témoignage de Serges Branko Nana Nana

Le tragique décès du leader du Mouvement ACT-AGIR relance le débat sur la vie carcérale au Cameroun.

En effet, et comme par hasard, certains hommes politiques de l’opposition camerounais ne survivent pas après leur libération de prison. Après Paul Eric Kingue c’est au tour de Christian Penda Ekoka de casser sa pipe des suites d’une maladie. Si dans le cas de Paul Eric Kingue certaines sources avaient évoqué la thèse de l’empoisonnement, du côté de l’ex conseiller de Paul Biya, le cancer de pancréas et le diabète sont cités comme étant la cause de sa disparition. Les deux hommes politiques ont en commun leur passage à la prison centrale de Kondengui suite à la présidentielle de 2018 qui a connu la victoire du président Paul Biya.

A ces différentes thèses vient s’ajouter le témoignage d’un ancien prisonnier politique, membre du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) du Prof Maurice Kamto. Serges Branko Nana Nana, affectueusement surnommé “Le Général de Kamto” par ces proches, revient sur des expériences vécues et des propos tenus par certains responsables de l’administration pénitentiaire au cours de leur détention. « Qu’avons-nous mangé en pendant notre détention ? », s’interroge-t-il sur un ton inquiétant.

L’homme dit ne pas oublier les propos tenus par une certaine Mme Ngah Brigitte, officier de police deuxième grade à son égard.

« Elle nous dira un soir alors qu’elle nous a apporté la ration pénale et que nous avons refusé de manger suite à ses propos condescendants et désobligeants à notre endroit : ” je vous promets que dans cinq ans vous allez confirmer les conséquences de tous ces repas que vous avez déjà mangé”. », confie Serges Branko Nana Nana.

“Le Général de Kamto” revient aussi sur une expérience culinaire hors du commun vécue en prison.

« Un soir j’ai constaté le goût du repas qu’on nous servait n’était pas “trop ça” ce n’est pas que le goût était mauvais du fait de la mauvaise cuisine mais il t’avait un arrière-goût que mon palais n’arrivait pas détecter. J’ai commencé à gronder à dire: c’est quelle genre de nourriture ça ?” J’ai exigé que ces repas soient désormais goûtés par ceux qui nous servaient directement. Ce qui était souvent fait. Souvent parce qu’il y a des jours où je me sentais mal et je ne partais sur place vérifier. », déclare-t-il.

Il faut souligner que, comme cause principale de la mort de Christian Penda Ekoka, certaines sources évoquent la thèse de l’empoisonnement. Son corps serait méconnaissable selon l’activiste Kalla Antonatom détenteur de la page Chance Lion. Le spécialiste en communication et relation publique fait un lien avec le décès tragique dans des conditions suspectes de l’ancien premier ministre ivoirien. « Un curieux cancer à la Ahmed Bakayoko (…) la dépouille de PEC est méconnaissable. Si les Douala voient ça, il y aura un soulèvement populaire.», a-t-il déclaré faisant subtilement allusion à un empoisonnement. Selon des sources proches de la famille politique de Penda Ekoka, ce dernier est décédé d’un cancer.

Ci-dessous l’intégralité du témoignage de Serges Branko Nana Nana

Je pense qu’il est temps qu’on se pose les vraies questions :

Qu’avons-nous mangé en pendant notre détention ?

Que nous ont-ils fait ingurgiter ?

Voici un témoignage.

“Je n’oublierai jamais ce nom. Mme Ngah Brigitte, officier de police deuxième grade.

Elle nous dira un soir alors qu’elle nous a apporté la ration pénale et que nous avons refusé de manger suite à ses propos condescendants et désobligeants à notre endroit : ” je vous promet que dans cinq ans vous allez confirmer les conséquences de tous ces repas que vous avez déjà mangé”.

C’était dans la base militaire du Commandement Central du Groupement Mobile d’intervention (CC-GMI) de Soa.

À ma sortie de prison, j’avais fait un post en citant nommément cette dame.”

Pour ceux qui étaient au SED (Secrétariat d’Etat à la Défense, centre de torture et détention arbitraire) avec nous ils peuvent le reconnaître et témoigner.

Un soir j’ai constaté le goût du repas qu’on nous servait n’était pas “trop ça” ce n’est pas que le goût était mauvais du fait de la mauvaise cuisine mais il t’avait un arrière-goût que mon palais n’arrivait pas détecter. J’ai commencé à gronder à dire: c’est quelle genre de nourriture ça ?” J’ai exigé que ces repas soient désormais goûtés par ceux qui nous servaient directement. Ce qui était souvent fait. Souvent parce qu’il y a des jours où je me sentais mal et je ne partais sur place vérifier.

Tout compte fait la sortie de prison de la grande majorité était en Octobre 2019 si je ne me trompe.

En attendant les cinq ans de Madame Ngah Brigitte on continue le combat

“La densité du feu de brousse ne change rien à la démarche royale de la tortue.”

Serges Branko Nana Nana “le Général de Kamto”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here