Cameroun – Décès du cardinal Christian Tumi/Grégoire Owona (ministre du Travail): «Je salue l’énorme travail qu’il a abattu pour redresser l’Eglise catholique»

2
Cameroun - Décès du cardinal Christian Tumi/Grégoire Owona (ministre du Travail): «Je salue l'énorme travail qu'il a abattu pour redresser l'Eglise catholique»
Cameroun - Décès du cardinal Christian Tumi/Grégoire Owona (ministre du Travail): «Je salue l'énorme travail qu'il a abattu pour redresser l'Eglise catholique»

Africa-PressCameroun. Depuis son décès le 3 avril 2021, plusieurs personnalités politiques, traditionnelles et religieuses ont rendu hommage au tout premier cardinal du Cameroun, le Cardinal Christian Tumi. Ainsi, le ministre du Travail et de la Sécurité Sociale (MINTSS), Grégoire Owona, n’est pas resté en marge de cette reconnaissance. Dans son édition en kiosque ce 5 avril 2021, le quotidien national bilingue Cameroon Tribune a publié la réaction de Grégoire Owona.

Après avoir salué le travail abattu par l’homme de Dieu, le MINTSS a déclaré que: «le Cardinal Christian Tumi est probablement la personnalité la plus emblématique du clergé camerounais. Personnalité plurielle, je garde de lui davantage le souvenir de ces longues années de collaboration étroite, alors que j’assumais la responsabilité du Conseil paroissial de la mission catholique de Japoma. Des années qui nous avaient donné l’occasion de mieux nous connaître et de nouer une relation fondée sur le respect mutuel, d’autant plus que nos visions politiques ne convergeaient pas toujours, ce qui nous incitait pourtant souvent à parler politique pour le bien du Cameroun», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Grégoire Owona poursuit en disant que: «je salue l’énorme travail qu’il a abattu pour redresser l’Eglise catholique et en améliorer la gestion dans son diocèse qu’il affectionnait. Je m’incline devant la mémoire de ce serviteur dévoué de Dieu pour ses frères, à travers l’Eglise catholique romaine, d’un Camerounais fier de ses racines et engagé pour la paix dans son pays et l’épanouissement de ses concitoyens de tous bords», note le journal.

Enfin, le ministre du Travail affirme que: «son décès survenu ce samedi saint, veille de Pâques, rajoute un trait historique au parcours exceptionnel de ce prince de l’Eglise dont je me réjouis d’avoir appris tant de choses, et dont j’ai été l’un des privilégiés aux côtés d’autres amis et parents, lors de la célébration de sa vie, à son 90e anniversaire le jeudi 15 octobre dernier à Douala», lit-on.

Wilfried ONDOA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here