Cameroun : des cadres de l’UPC se donnent rendez-vous devant la justice

3
Cameroun : des cadres de l’UPC se donnent rendez-vous devant la justice
Cameroun : des cadres de l’UPC se donnent rendez-vous devant la justice

Africa-PressCameroun. • Le professeur Jean Bahebeck conteste toujours la légitimité de Pierre Baleguel Nkot

• Il compte saisir les tribunaux pour vider le contentieux

• Une guerre fratricide qui fragilise le parti

Les contentieux nés du 8ème congrès unitaire de l’UPC (Union des Populations du Cameroun) tenu les 11 et 12 Septembre 2021 à Yaoundé sont loin de trouver une issue favorable. Les protagonistes risquent de se retrouver devant les tribunaux pour vider le litige né de la contestation des résultats à l’issue de ce congrès.

En effet, le professeur Jean Bahebeck ne compte pas tourner la page de l’issue du 8ème congrès unitaire de l’UPC (Union des Populations du Cameroun) tenu les 11 et 12 Septembre 2021 à Yaoundé. Il est revenu en long et en large hier sur ABK Radio. Il rejette toujours la légitimité de Pierre Baleguel Nkot comme secrétaire général. Il ne compte pas en rester là. Il projete d’ores et déjç une action en justice pour contester l’issue des élections. Pour lui, la liste conduite par Baleguel Nkot était « non consensuelle » parce que contenant 8 noms de l’ethnie Bassa sur 10. Il s’en prend au parti au pouvoir, le RDPC, qu’il accuse d’avoir prêté main forte au secrétaire général dans l’organisation du congrès contesté. « Ce qui s’est passé est un véritable braquage, un véritable acte de banditisme politique où la mafia de Baleguel s’est mêlée à la mafia du parti-Etat qui l’a aidée à organiser une parodie de congrès. Parce qu’il n’en avait pas le droit ». Le médecin dénonce un « coup d’Etat contre l’UPC ».

« Il nous revient qu’il est en train de leur vendre partout qu’il a fait le braquage pour eux parce que s’il ne faisait pas le braquage, la direction qui allait sortir allait être une direction qui allait produire un deuxième Kamto », ajoute-t-il. Le membre de la branche « fondamentaliste » de l’UPC rapporte que la majorité du comité directeur est en train de se constituer en unité de résistance. Il affirme que « la base est également majoritairement contre Baleguel Nkot ».

Cette affaire risque de polluer davantage l’ambiance au sein du parti, déjà en proie à une guerre de clan, de lutte acharnée pour le contrôle des postes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here