Cameroun – Enquête sur la gestion des fonds Covid-19: Le ministre de la Justice réclame les pièces d’investigations fournies par la Chambre des comptes de la Cour Suprême

2
Cameroun - Enquête sur la gestion des fonds Covid-19: Le ministre de la Justice réclame les pièces d’investigations fournies par la Chambre des comptes de la Cour Suprême
Cameroun - Enquête sur la gestion des fonds Covid-19: Le ministre de la Justice réclame les pièces d’investigations fournies par la Chambre des comptes de la Cour Suprême

Africa-PressCameroun. Le 6 avril 2021, le président de la République, Paul Biya, a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire contre les auteurs, co-auteurs et complices des cas de malversations financières dans le cadre de la gestion des fonds affectés à la lutte contre le COVID-19.

«En vous faisant tenir ci-joint thermocopie du rapport de la

Chambre des Comptes de la Cour Suprême, relatif à l’objet repris en marge, j’ai l’honneur de vous répercuter les hautes directives du Chef de l’Etat, prescrivant l’ouverture d’une enquête judiciaire contre les auteurs, co-auteurs et complices des cas de malversations financières y relevés», pouvait-on lire dans la correspondance du secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, adressée au ministre de la Justice, Laurent Esso, le 6 avril 2021.

Contre toute attente, dans une autre correspondance adressée le 22 avril 2021 au SGPR, le MINJUSTICE demande à ce dernier de lui faire «parvenir les pièces d’investigations de la Haute juridiction, non jointes à votre correspondance sus visée».

Selon le quotidien Mutations de ce 4 mai 2021, cette lettre du Garde des Sceaux prouve que l’enquête prescrite par le président Biya n’avance que fort lentement et «en rajoute à la confusion autour des différents audits commandés sur la gestion de cette enveloppe et dont les résultats tardent à être publiés. Le Sg/Pr écrit pourtant en noir et blanc, dans la correspondance qu’il adresse à la chancellerie sur instruction du président de la République le 06 avril, qu’il lui fait tenir thermocopie du rapport de la haute juridiction. C’est à se demander si le document qui n’est en réalité qu’un rapport d’étape a disparu entre le palais d’Etoudi où travaille Ferdinand Ngoh Ngoh et l’avenue Marchand où se trouve le ministère de la Justice», peut-on lire.

D’après le journal, la correspondance du Garde des Sceaux «trahit l’intention du secrétaire général de la présidence d’influencer de bout en bout l’action judiciaire attendue sur le dossier COVID-19».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here