Décès de Marie Madeleine Fouda: Paul Biya effondré

1
Décès de Marie Madeleine Fouda: Paul Biya effondré
Décès de Marie Madeleine Fouda: Paul Biya effondré

Africa-Press – Cameroun. • Marie Madeleine Fouda est morte samedi 13 novembre dernier à Yaoundé

• La nouvelle est parvenue au chef de l’Etat sûrement avec quelques jours de retard

• Dans une lettre ce lundi 22 novembre il a exprimé toute sa douleur

Dans sa lettre à la famille de l’ancienne ministre, Paul Biya a exprimé toute l’admiration qu’il avait pour l’ancienne ministre et cadres du RDPC, parti au pouvoir.

“J’ai appris la triste nouvelle du décès de Madame Marie Madeleine Fouda.

Je suis sensible au profond chagrin de ses proches. Médecin de formation et ancienne députée, elle était une femme dynamique, engagée en politique et active dans les domaines associatif et humanitaire”, a écrti Paul Biya dans sa lettre.

“Le département du Mfoundi et la région du Centre perdent en Mme Marie Madeleine Fouda, une personnalité appréciée, et Notre Parti, une militante loyale et convaincue. J’adresse Mes sincères condoléances à sa famille, ainsi qu’à la grande famille Fouda Omgba”, ajoute-t-il.

Marie Madeleine Fouda a succombé à un arrêt cardiaque, suite “à une intervention chirurgicale pourtant réussie”.

Malgré ses 81 ans, “elle ne manifestait pas vraiment le moindre signe de fatigue, puisqu’elle continuait à faire de l’exercice physique tous les matins, en réalisant de petites tâches ménagères. Son décès survient au moment où personne ne s’y attendait”.

En plus d’avoir été membre du gouvernement entre 1997 et 2002, la défunte a par ailleurs assumé de nombreuses responsabilités politiques et sociales.

Ainsi, elle aura été députée du Centre–Sud à l’Assemblée nationale lors de la quatrième législature ; vice-présidente de la Croix-Rouge camerounaise et membre du Comité central du Rdpc.

Elle a aussi été présidente de l’association One Father, qui œuvre pour les déshérités, enfants de la rue et orphelins du SIDA. Née en 1940 à Efok, Marie Madeleine Fouda était titulaire d’un Doctorat en médecine générale obtenu en 1982, au Centre universitaire des sciences de la santé (CUSS).

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here