Fin du régime Biya: un Anglophone dézingue proprement Oswald Baboke, le pasteur du régime

22
Fin du régime Biya: un Anglophone dézingue proprement Oswald Baboke, le pasteur du régime
Fin du régime Biya: un Anglophone dézingue proprement Oswald Baboke, le pasteur du régime

Africa-Press – Cameroun. La sortie de Oswald Baboke, le directeur adjoint du cabinet civil de la présidence sur les lanceurs d’alerte et les influenceurs a surpris des camerounais. Dans sa logique de défendre le régime Biya avec son ton réprobateur mélangé à de l’ironie, à des insultes proférées contre ces personnes, le pasteur d’Etoudi s’est attiré des détracteurs plus que des soutiens.

L’organisation anglophone English Cameroon for a united Cameroon, n’en revient de voir le pasteur de Dieu défendre un régime qui spolie, terrorise, tue son peuple au détriment de ceux qui s’activent à dénoncer les injustices que subit la société au quotidien au péril de leur vie. Elle a proporement lavé, rinçé er repassé le cher “griot et pasteur du couple présidentiel’.

Sermon pro-Biya du pasteur Oswald Baboke : “Aujourd’hui si vous entendez la parole de Dieu, n’endurcissez pas votre cœur : Paul Biya est merveilleux, les Camerounais sont mauvais. C’est la parole du Seigneur”.

1. Ce qui précède est un résumé approprié de la longue épître du pasteur protestant, Oswald Baboke, maintenant ministre honorable et directeur adjoint du cabinet civil à la présidence. Cette épître a été publiée dans notre « prestigieux » journal d’État, Cameroon Tribune, dont la ligne éditoriale rimait avec son sermon.

2. On peut être tenté d’applaudir l’opportunité des réflexions des prédicateurs qui connaissent les problèmes du Cameroun comme des manifestations de corruption morale. Mais si un prédicateur doit commenter de telles choses, nous nous attendrions à ce qu’un tel prédicateur soit inspiré par les prophètes Isaïe, Jérémie et Amos. Ils verraient le tournant de tous nos problèmes comme étant la présidence du Cameroun, où le pasteur Baboke passe son temps. Mais malheureusement, notre prédicateur et ministre honorable est préoccupé par notre incapacité à reconnaître la grandeur de M. Biya qui a abandonné ses devoirs constitutionnels après avoir jeté cette belle nation dans un fossé. L’honorable ministre veut nous guérir de notre cruauté politique, une maladie qu’il voit comme un frein à la merveilleuse politique de Paul Biya, le Renouveau.

Pasteur Baboke, griot personnel de Biya

3. Ce n’est pas par hasard qu’un prédicateur qui se sent obligé de commenter la situation au Cameroun, ne voit pas le problème comme provenant d’un homme-dieu qui a confisqué toutes les institutions politiques et pratique le plus haut degré de cruauté politique contre ceux dont l’impardonnable le péché, c’est l’ambition présidentielle, dans son parti ou dans l’opposition. Frère Oswald, vous voulez voir la cruauté politique, ouvrez simplement les yeux là où vous êtes, à Etoudi. Lisez le journal qui a publié votre épître.

Au passage, on peut observer que le style de la lettre est conçu pour impressionner les maîtres de la cruauté politique que vous servez. Nous ne lisons pas ce genre de langage. On comprend le style de St. Eloi Bidoung. Avez-vous lu l’un de ses récents écrits sur le RDPC ? Il est plus proche de la vérité que vous ne l’êtes et il parle clairement et de manière pertinente.

Revenant à la logique de votre thème et du ton de votre épître, appellerons-nous ce livre III de votre trilogie sur Paul Biya que vous avez commencé à publier en 2018 ?

En effet, le pasteur Baboke n’est pas dans l’esprit d’Isaïe combattant l’injustice partout. Certaines anciennes traditions abrahamistes suggèrent que le roi Manassé, le méchant roi, a martyrisé le prophète Isaïe. On pourrait dire que si Isaïe avait vécu au Cameroun et prêché comme il l’a écrit dans son livre, l’homme-dieu dont vous chantez les louanges, l’aurait longtemps martyrisé. C’est un prédicateur qui peut réveiller l’âme du Cameroun et le guérir de la cruauté politique et de la corruption morale, à partir d’Etoudi.

4. En 2018, notre frère, oint Pasteur et honorable ministre, a écrit deux volumes pour exprimer la grandeur et les réalisations de M. Biya :

Livre I : Paul Biya : Les mandats du Président.

Livre II : Paul Biya : les grandes réalisations du président

Nous n’avons pas à avertir nos lecteurs que ces livres ne valent pas votre temps. L’auteur était peut-être au courant de cela, donc la plupart sont des images. C’est la meilleure façon de faire face au manque de réalisations. Comme le démontre St. Eloi Bidoung au sein du parti RDPC, si votre intention est de radiographier les échecs de M. Biya, vous avez une tâche facile ; la seule difficulté est de le faire avec un style si brillant et émouvant que le lecteur peut ressentir la déception et la colère que vous ressentez. Le pasteur Baboke, le griot, excelle dans l’omission et les affirmations hyperboliques de la grandeur du Renouveau.

Pasteur Baboke : griot ou prédicateur concerné ?

5. Peut-être que M. Biya est doué pour anesthésier ceux dont l’esprit critique pourrait éveiller les Camerounais à se libérer de l’esclavage de sa médiocrité et de sa destruction nationale. Il a transformé la plupart des dirigeants traditionnels en gluants corrompus et discrédités qui l’aident à truquer les élections. Il les récompense par des postes administratifs de haut niveau pour les familles royales. Il envoie des cadeaux de Noël aux prédicateurs, proportionnés à la taille de leurs fidèles et à la douceur de leurs sermons pro-Biya. Ces sermons excellent à mettre l’accent sur la paix en tant que réponse appropriée à l’injustice. Ceci est contraire à la théorie protestante de la paix en tant que qualité émergente d’une société juste. M. Biya rachète ses opposants politiques ou les envoie en prison – Cruauté politique. Cette grandeur de M. Biya s’étend à la cooptation de prédicateurs populaires pour devenir ses conseillers personnels et ministres de service spécial.

6. Nous partageons avec vous un message chrétien du pasteur/ministre Baboke. Cela a probablement été enregistré en 2018, à proximité de l’élection et coïncidant avec la sortie par l’auteur de son opus magnum, une étude de la grandeur de Paul Biya. À première vue, c’est un message sur l’intégrité. On pourrait penser qu’il s’adresse à ceux qui détiennent l’autorité, même s’il étend la même chose aux gens ordinaires.

Frère Oswald, en quoi ce sermon correspond-il à la fraude électorale de 2018 ? Le président que vous avez conseillé en tant que spécialiste de l’intégrité biblique, a-t-il remporté les élections ? avec 71% ? Qui trompes-tu cher frère ? Ce Cameroun ne sera pas détruit par les forces de Paul Biya.

Changez vos habitudes, Pasteur Oswald ! Le Cameroun est sur le point de changer

7. Nous ne suivrons pas votre exemple et ne blâmons qu’un côté. Oui, les Camerounais détruisent aussi notre pays. Mais nous ne pouvons pas essayer de faire taire les gens parce que nous détestons la critique. Nous pouvons tous arrêter de payer des journalistes pour qu’ils écrivent des mensonges. Les Camerounais ne savent pas ce qui se passe car presque tous les journalistes sont achetés par l’un ou l’autre des ministres. Un jour, on listera tous les journaux, anglophones et francophones, avec les noms de ceux qui les parrainent. Idem pour certains journalistes populaires qui travaillent pour des politiciens spécifiques.

8. Les prédicateurs comme le pasteur/ministre Baboke doivent changer s’ils aspirent à vivre confortablement dans un Cameroun. Voici les choses qui nous attendent :

8.1. Votre héros, M. Paul Biya, est une catastrophe nationale et inapte à la fonction de président ; il aurait dû démissionner depuis longtemps. Il doit démissionner. Il démissionnera. Bientôt.

8.2. Le conflit dans l’Etat fédéré du Cameroun occidental doit aboutir au rétablissement du fédéralisme au Cameroun. Pasteur Baboke, ferez-vous partie de ce fédéralisme restauré ?

8.3. Alors que M. Biya quitte la présidence, le transfert de pouvoir doit être constitutionnel. Allez-vous, prédicateur de l’intégrité, défendre la constitution du Cameroun en matière de transfert de pouvoir ?

8.4. Alors que le transfert de pouvoir se profile, il est allégué que M. Frank Biya, avec le soutien de la France et de certains ministres du régime, a l’intention de détruire le RDPC avec un nouveau parti. C’est la France-Afrique qui manque de politique partisane. Un prédicateur appartenant au RDPC défendra-t-il le parti de l’implosion ? Ce prédicateur de l’intégrité poussera-t-il le parti à choisir de manière transparente un nouveau candidat présidentiel du RDPC pour faire face aux principaux challengers de l’opposition ?

8.5. Si la prochaine élection présidentielle est truquée, ce que vous appelez la cruauté politique, se transformera en guerre civile ou en séries de guerres. Le prédicateur de la parole, le pasteur Baboke, va-t-il passer du soutien à la fraude en 2018 au soutien d’élections transparentes ? Celui qui dissimule la fraude est complice de la violence qui s’ensuit.

Comme vous pouvez le voir, frère Oswald, le Cameroun traverse une période critique. Certains disent que vous êtes très proche de la première dame qui est très proche de M. Ngoh Ngoh, qui ambitionne d’être président. Il n’y a rien de mal à cela. Nous avons besoin d’un processus de nomination démocratique au sein du RDPC et d’élections nationales transparentes. D’autres encore disent que vous êtes proche de M. Mvondo Ayolo, qui est proche de la France et de M. Frank Biya, qui veut être président. Si toutes ces choses sont vraies, vous devez être une âme torturée en ce moment. Même l’élection de la FECAFOOT est une bataille de gros sous et d’affichage de pouvoir entre deux camps : Samuel Eto’o/ Ferdinand Ngoh Ngoh/ Israël contre Seidou Mbombo Njoya/ Frank Biya/ France. L’idée est que le gagnant aidera à la prochaine campagne présidentielle.

De quel côté êtes-vous, frère Oswald ? Est-ce pour cela que vous avez écrit cette épître ? Votre tension intérieure n’est que le début des conséquences de la cruauté politique de l’homme dont vous avez magistralement transformé les échecs en deux tomes de Hosanna au plus haut ! Béni soit Paul Biya qui vient au nom du Seigneur !

Pasteur Baboke, un maître de l’ironie ?

9. Peut-être qu’il y a un message plus profond que vous essayez toujours de communiquer. Vous avez rempli les pages de votre livre sur M. Biya avec des images pour insinuer qu’il n’y a pas beaucoup de substance à l’homme qui peut être exprimée dans des arguments étendus et des exemples factuels. Cette dernière épître suggère que vous êtes tiraillé par la campagne de la FECAFOOT où les délégués sont comblés d’argent et les deux camps présidentiels ambitieux se déchirent. Vous avez des amis des deux côtés. Ils vous disent même comment ils paient de l’argent pour renverser l’autre. C’est la méthode de Biya utilisée par ses disciples. Une curieuse ironie se retrouve également dans votre message vidéo. C’est peut-être de l’ironie magistrale, peut-être pas. Nous sommes trop généreux envers vous, un prédicateur dévoué à l’éloge de la quintessence de la cruauté politique, de la fraude, de la vanité et de la corruption.

10. La musique jouée dans votre sermon sur l’intégrité est le célèbre refrain de l’Opéra Nabucco ou Nabuchodonosor de Giuseppe Verdi. Il dépeint le sort des esclaves hébreux sous Nabuchodonosor après l’assaut, la capture et l’exil de l’hébreu. C’est la situation de tous les Camerounais qui, le 6 novembre 1982, ont été agressés en utilisant la constitution modifiée de Jacques Foccart de 1979. Ils ont été faits captifs et ont toujours été esclaves dans leur propre terre donnée par Dieu. Exilés dans leur propre pays. Peut-être, ironiquement, vous parlez directement aux gens d’intégrité et indirectement, vous dites à Paul Biya ce que les gens disent. Voici ce que les esclaves hébreux chantent en arrière-plan de votre sermon :

« Volez, mes pensées, sur des ailes d’or ;

va t’installer sur les pentes et les collines,

où, doux et doux, les airs doux

de ma terre natale sent bon !

Saluez les rives du Jourdain

et les tours renversées de Sion.

Oh, ma patrie, si belle et si perdue !

Oh mémoire, si chère et si morte !

Harpe d’or des prophètes d’autrefois,

pourquoi restes-tu maintenant silencieux sur le saule ?

Raviver les souvenirs dans nos cœurs,

et parle d’autrefois !

Conscient du sort du temple de Salomon,

Laisse-moi crier avec une triste lamentation,

ou bien que le Seigneur me fortifie

supporter ces souffrances!”

Ce chœur est aussi le chœur des Camerounais asservis par le maître dont vous etes devenu le griot. Nous serons libérés de sa cruauté politique. Bientôt. Peut-être très bientôt.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here