France –Cameroun : la diaspora aura désormais un organe consultatif

5
France –Cameroun : la diaspora aura désormais un organe consultatif
France –Cameroun : la diaspora aura désormais un organe consultatif

Africa-Press – Cameroun. • Un organe consultatif porté par les Camerounais est né

• Il s’agit du Conseil de la société civile et des diasporas

• Il a été mis sur pied par l’ambassade de France

Un pas de plus vient d’être franchi dans la coopération France Cameroun. La suite du sommet de Montpelier qui a réuni il y a quelques mois le président Français Emmanuel Macron et plusieurs jeunes africains, l’ambassade de France au Cameroun a organisé un brainstorming le 10 janvier à l’Institut français du Cameroun. Baptisé « Séquence de Yaoundé », l’évènement présidé par Christophe Guilhou l’ambassadeur de France au Cameroun a donné naissance au Conseil de la société civile et des diasporas (CSCD). Il s’agit d’un organe consultatif porté par les jeunes Camerounais, pour la plupart ceux qui ont été invités par Emmanuel Macron à Montpellier. « La première mission dudit Conseil serait la mise en place d’un véritable incubateur local des sociétés civiles et de la diaspora pour susciter, structurer et accompagner l’émergence de projets locaux et bilatéraux transformateurs », indique une plaquette produite à cet effet par l’ambassade de France au Cameroun.

L’organisation du CSCD reste une préoccupation des autorités françaises au Cameroun. Mais ce levier sera étudié plus tard. Il faudra donc encore attendre pour connaître la personne qui aura le soin de présider aux destinées de cette entité. Pour une meilleure coopération, il est prévu qu’un représentant des jeunes français intéressés par l’avenir des relations entre la France et le Cameroun intègre le CSCD.

De manière générale, pour la France il est question « de poursuivre la dynamique engagée, c’est une occasion de construire à travers le débat des propositions concrètes pour renouveler nos échanges et notre partenariat en y associant pleinement la jeunesse, les femmes et la société civile camerounaise ». L’ambassade de France va accompagner cette initiative, grâce à l’appui du Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) et de l’Institut français du Cameroun. « Les autres partenaires associés au projet accompagneront en 2022 cet incubateur de projets sociaux à travers un cofinancement important des initiatives et la mise à disposition d’expertise et de mobilités », ajoute l’ambassade de France au Cameroun.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here