Humiliation : Henriette Ekwe traite Charles Ndongo de perroquet sur Canal 2

2
Humiliation : Henriette Ekwe traite Charles Ndongo de perroquet sur Canal 2
Humiliation : Henriette Ekwe traite Charles Ndongo de perroquet sur Canal 2

Africa-PressCameroun. • Henriette Ekwe note la presse publique

• Elle tacle le DG de la CRTV, Charles Ndongo

• Henriette Ekwe fait des révélations sur Franck Biya

Journaliste et éditorialiste respectée dans le paysage médiatique camerounais, Henriette Ekwe a fait son analyse de la corporation dans l’Emission Arène de ce dimanche 06 juin 2021 sur Canal 2 International. Elle évoque également l’actualité politique au Cameroun et fait des révélations sur la succession qui se préparerait au Palais de l’Unité avec la complicité de la France.

L’ancienne chroniqueuse d’Equinoxe Tv n’a pas été tendre avec les journalistes de la presse publique. Ces derniers ne font pas d’efforts s’il faut les comparer avec leurs confrères de la presse privée. « Les femmes qui sont dans la presse privée ont réussi plus d’exploit que celles qui sont dans la presse officielle publique », explique Henriette Ekwe dans l’émission Arène sur Canal 2 International. La journaliste tire également sur le DG de la radiotélévision nationale (CRTV), Charles Ndongo. Ce dernier ne serait qu’un perroquet des hommes politiques.

« Pour ceux qui étaient dans la presse officielle, ce sont les secrétaires politiques – qui écrivaient les communiqués qui faisaient les analyses. Les Charles Ndongo ne faisaient que répéter », révèle-t-elle.

L’après Biya, c’est Biya

Henriette Ekwe est convaincue que la France prépare avec le régime de Yaoundé, la succession à la tête du Cameroun. La journaliste évoque la possibilité que le prochain président du Cameroun soit un autre Biya. Elle indique que le retour en force du nom de Franck Biya dans les médias camerounais n’est pas anodin.

« Moi je soupçonne la France de vouloir opter pour des successions des enfants dans cette sous-région Afrique centrale. Si le nom de Franck Biya revient avec insistance, c’est qu’il y a un projet. Le mouvement ne fait que se structurer », précise-t-elle.

Avant Henriette Ekwe, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto avait également dénoncé la préparation d’une succession gré à gré au Palais de l’Unité. « Nous n’accepterons jamais aucune forme de succession de gré à gré à la tête de l’Etat. Nous nous dresserons contre toute manipulation, même constitutionnelle, tendant à l’accession à la fonction suprême par des moyens autres qu’électifs », avait-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here