NOSO: réponse d’un élément du BIR à l’ultimatum du ‘General No Pity’

149
NOSO: réponse d'un élément du BIR à l'ultimatum du 'General No Pity'
NOSO: réponse d'un élément du BIR à l'ultimatum du 'General No Pity'

Africa-PressCameroun. • Plusieurs membres de la famille du “General No Pity” arrêtés par l’armée

• “General No Pity” donne un ultimatum de 48h à l’armée pour leur libération

• Un élément du BIR répond à l’ultimatum du ‘General No Pity’

La crise sécuritaire qui secoue les régions anglophones du Cameroun se poursuit avec son lot de victimes dans les deux camps.

Dans sa stratégie de neutralisation du tout puissant chef de guerre sécessionniste “General No Pity”, l’armée camerounaise a procédé, dans la nuit 3 août 2021, à l’arrestation de plusieurs membres de sa famille. Il s’agit notamment de son père, sa mère, un de ses oncles et une de ses tantes à

BAMBALANG dans la région du Nord-Ouest. Suite à ces arrestations, le “General No Pity” a fait une sortie dans laquelle il a donné un ultimatum de 48h à l’armée pour libérer ses proches. En guise de représailles, il menace de mener des attaques dans certaines villes francophones comme Bafoussam, Douala et Bamoun.

« Si quelque chose leur arrive, j’envahirai les régions francophones et je viserai les civils. Je donne 48 heures aux forces de l’Etat pour les libérer, sinon, ils verront l’autre côté de moi. Ma mère, mon père, mes oncles, mes tantes ne m’ont pas envoyé au combat… C’est ma décision personnelle. Je vais faire des ravages. », a déclaré le chef de guerre.

A cet ultimatum, un élément du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) connu sous le nom de “2 PAC” vient de répondre.

Dans un message audio adressé au “General No Pity”, dont la rédaction de CamerounWeb a obtenu copie, il le défie et promet de le capturer comme un “rat”.

Ci-dessous, le message de ‘2 PAC’ au ‘General No Pity’

“General No Pity”: un redoutable chef de guerre.

Comme Field Marshall du Lebialem, General No Pity est le chef de groupe armé le plus recherché par les services secrets camerounais et plus redoutable de la lutte armée du peuple anglophone du Southern Cameroons. Le Marine Forces of BAMBALANG revendique la mort d’une centaine de soldats camerounais ces 6 derniers mois. Ce n’est pas la première fois que des proches de combattants et de dirigeants d’Ambazonie sont arrêtés par la police. La mère et la soeur de Chris Anu du « gouvernement intérimaire » et d’Oliver Lekeaka alias Filed Marshall ont été arrêtés. Celui du militant Mark Bareta a également été arrêté puis relâché. Mais depuis que les membres de leurs familles sont arrêtés, aucun leader séparatiste n’a fait une sortie aussi incendiaire que « No Pity », qui a annoncé qu’il y aura un véritable bain de sang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here