Nous demandons à Sam Mbaka de cesser de parler au nom de l’AFP – Chia Emmanuel Ngam

7
Nous demandons à Sam Mbaka de cesser de parler au nom de l’AFP - Chia Emmanuel Ngam
Nous demandons à Sam Mbaka de cesser de parler au nom de l’AFP - Chia Emmanuel Ngam

Africa-PressCameroun. Se réclamant lui aussi président de l’Afp, il accuse son alter ego d’être toujours membre de l’Udc, et par conséquent pas qualifié pour se présenter à la présidence du parti.

À l’issue de votre dernier congrès, l’opinion nationale n’est toujours pas fixée sur qui dirige l’Afp. D’un côté, votre camarade Cyrille Sam Mbaka prétend être le président élu, et de l’autre, vous aussi revendiquez la même fonction. Qu’en est-il exactement ?

Je vous remercie de m’avoir approché pour clarifier la situation de [Alliance des forces progressistes (Afp).

Notez que l’autorisation a été obtenue auprès de l’officier divisionnaire de Yaoundé 2 Chia Emmanuel Ngam, n° 00000185/RDMP/J06-02/SP en date du 25 août 2021, était pour deux réunions en date du 27 août et du 28 août 2021. La réunion du 27 août concernait le Conseil national de l’Afp, le deuxième organe suprême du parti.

Les pouvoirs de cet organe sont définis dans les sections 19 et 20 des statuts du parti et n’ont rien à voir avec l’élection des responsables du parti. Par conséquent, personne n’aurait pu sortir de cette réunion en tant qu’élu de l’Afp. Et donc, Cyrille Sam Mbaka ne pouvait en aucun cas être élu le 27 août 2021 par le Conseil national. Si Sam Mbaka prétend être président de l’Afp, il doit y avoir un acte d’imposture et de malhonnêteté.

Je tiens à corriger une erreur que vous avez commise en appelant Cyrille Sam Mbaka « votre Camarade »’. Il n’est pas un Camarade. C’est un homme malhonnête et je le vois comme une personnalité réactionnaire.

Mettez les choses au clair. Cyrille Sam Mbaka n’a pas déposé sa lettre de démission de l’Udc. Il a été présenté à l’Afp par un tiers, et lors de mon premier contact avec lui, j’ai demandé ses documents de démission de l’Udc, et je lui ai même donné la chance de se présenter en personne à la réunion du Conseil national qui s’est tenue à Yaoundé le 27 mars 2021 avec sa lettre de démission, et il ne l’a jamais fait Lorsqu’il s’est présenté pour la première fois au Conseil national le 27 août 2021, il a été présenté par moi, le président national de l’Afp, comme une personnalité tentant de rejoindre les rangs de l’Afp depuis le parti politique Udc.

Il semble que certains des soi-disant politiciens au Cameroun sont des individus malhonnêtes et pleins d’intrigues. Je veux que vous notiez soigneusement que, selon les dispositions de la constitution de l’Afp, Sam Mbaka n’était pas qualifié pour se présenter aux élections de l’Afp.

D’une part, il n’a pas respecté la section 15 sur l’éligibilité, d’autre part, il n’a pas respecté les engagements financiers annuels prévus pour les membres de l’Afp. II ne pouvait en remplir aucun car il n’était pas membre de l’Afp mais de l’Udc.

Troisièmement, il n’a pas présenté de démission au bureau politique de l’Afp. Cela aurait dû être fait par l’intermédiaire du secrétaire général du parti. L’accent est mis sur le fait que Sam Mbaka est toujours membre de l’Udc.

Cyrille Sam Mbaka n’a aucun droit, quel qu’il soit, de parler où que ce soit au nom du parti politique Afp. Cyrille Sam Mbaka était introuvable lors du congrès électif du 28 août 2021 qui a élu [Honorable Dr. Chia Emmanuel Ngam comme président national de l’Afp. La situation réelle est que Cyrille Sam Mbaka n’est plus rien au sein de l’Afp et n’a pas le droit de parler au nom du parti.

Les médias sociaux et la presse camerounaise devraient faire une « enquête journalistique » avant de publier des sujets comme celui-ci qui peuvent conduire à une confrontation ouverte et perturber la paix publique. Nous ne pouvons pas construire une vraie patrie avec des gens comme Cyrille Sam Mbaka qui semble représenter le néo-colonialisme – donc une autre société que le Cameroun.

Le Congrès s’est-il déroulé conformément aux statuts du parti ?

Oui, bien sûr. Lorsque l’ancienne présidente Alice Sadio a démissionné en 2020 pour des raisons personnelles, l’honorable Dr Chia Emmanuel Ngam, premier vice-président national, a immédiatement pris le relais en août 2020. J’ai convoqué une réunion du Bureau politique le 7 septembre

2020 qui s’est tenue à Yaoundé et j’ai élaboré des résolutions pour la préparation du congrès. Selon les procédures du parti, les résolutions du bureau politique devaient être adoptées par le Conseil national qui s’est tenu le 27 mars

2021 à Yaoundé et qui a adopté les résolutions du bureau politique et a donné pouvoir au président national, d’utiliser ses pouvoirs constitutionnels pour convoquer le congrès au plus tard le 07 septembre 2021. Conformément aux statuts et à la pratique sociale de l’Afp, le congrès est toujours précédé d’une réunion du Conseil national.

Cela explique la convocation du Conseil national pour le 27 août 2021 et du congrès pour le 28 août 2021. Les statuts donnent le pouvoir au président national de convoquer et de présider les deux,réuhions et moi, en tant que président national, j’ai convoqué et présidé les deux réunions. Tout s’est déroulé conformément à la constitution du parti.

Quels sont vos rapports actuels avec Cyrille Sam Mbaka ? Avez-vous essayé de trouver un consensus ? En tout cas, il se dit prêt à discuter avec vous.

Tout simplement je n’ai pas de relations avec Cyrille Sam Mbaka. Quel consensus ? Dans l’Afp, toutes les élections se font par consensus, et l’Afp depuis plus de 25 ans n’a jamais eu d’acte malhonnête comme celui venant du vice-président national de l’Udc. Oui, il est de l’Udc parce que l’Afp n’a pas reçu sa démission de ce parti. Quel consensus puis-je avoir avec un membre qui n’est pas membre du parti et qui se comporte comme un politicien malhonnête ?

Les statuts stipulent également que le congrès se tient trois mois après la fin du mandat du bureau exécutif sortant. L’ancienne présidente de l’Afp, Mme Alice Sadio, a terminé son mandat en décembre 2020. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de congrès depuis lors ?

C’est ce que prévoient les statuts de l’Afp. Cette question devrait être posée à la présidente Alice Sadio. Quant à moi, dès que j’ai pris le pouvoir, j’ai commencé le processus du congrès. Le Congrès de l’Afp vient après un processus qui implique le bureau politique et le Conseil national. Je vous ai expliqué cela.

À propos, notez aussi que le gouverneur de la région Centre, a interdit les réunions politiques pour des raisons de COVID-19. Il était impossible de tenir le moindre congrès pendant cette période. J’ai essayé d’organiser une réunion politique pendant cette période et l’officier divisionnaire de Yaoundé II l’a interdite. La constitution du parti doit être suivie mais nous devons également suivre les règlements et les lois du pays.

Le même texte prévoit qu’à la fin de chaque mandat, le président sortant n’organise pas d’élections. Qui est à l’origine de ce congrès ?

La question est mal posée, si vous me permettez de le dire. Toutes les réunions du Conseil national et du congrès sont convoquées par une seule personne : le président national du parti. Notez que lors d’un congrès électif, c’est au cours du congrès que le président national annonce la commission électorale conformément à la décision du Conseil national. Lorsque cela est fait, le bureau exécutif est déclaré résolu, et la commission électorale continue jusqu’à ce qu’un nouveau bureau exécutif soit mis en place.

Le Conseil national du 27 août 2021 a créé deux commissions. Une commission était la commission électorale, et l’autre était le secrétariat du congrès et le comité de résolution. Notez que le Pasteur Barnabas Ndetah Njwe était le président de la commission électorale. L’Afp ne fait pas d’erreur en matière constitutionnelle.

Pour conclure, la marche à suivre dans cette affaire est simple : Nous demandons à M. Cyrille Sam Mbaka de cesser de parler au nom de l’Afp. Nous demandons à tous les Camerounais de savoir que l’Afp n’est pas en vente et n’a jamais été contestée jusqu’à ce que “LA TROISIÈME PARTIE” nous présente Cyrille Sam Mbaka. Si ce « tiers » a dit à Sam Mbaka qu’il devait s’installer dans le vide, alors il s’est trompé. Les partis politiques sont des associations de membres et non des propriétés privées.

Le concept de partis politiques au Cameroun appartenant à des « individus » doit être condamné car il est responsable de l’instauration de la dictature, de la politique mercenaire, de la corruption et des intrigues néocoloniales dans le système des partis politiques au Cameroun. Les statuts de l’Afp ont été établis précisément pour lutter contre la création de monstres appelés leaders politiques et l’élitisme qui ignore la volonté politique du peuple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here