Parlement: Voici les enjeux de la session de juin 2021 qui s’ouvre ce jour

2
Parlement: Voici les enjeux de la session de juin 2021 qui s’ouvre ce jour
Parlement: Voici les enjeux de la session de juin 2021 qui s’ouvre ce jour

Africa-PressCameroun. Ce 8 juin 2021, députés et sénateurs vont se retrouver respectivement à la Chambre basse et à la Chambre haute du Parlement pour l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année.

La plénière d’ouverture est prévue à 11 heures à l’Assemblée Nationale, sous la conduite de son président, Cavaye Yeguié Djibril. Au Sénat, le président Marcel Niat Njifenji, juste revenu d’une évacuation sanitaire en Europe, devrait présider les travaux de lancement de ladite session à partir de 16 heures.

Pendant un mois, les parlementaires auront à traiter de plusieurs sujets d’importance. Ils devront par exemple ratifier l’ordonnance signée par le Président Paul Biya le 26 mai dernier, modifiant et complétant certaines dispositions de la loi de Finances du Cameroun pour l’exercice 2021.

«Les parlementaires auront à se prononcer sur la stratégie et les priorités du gouvernement en 2022. C’est dans le cadre de la troisième édition du débat d’orientation budgétaire avec le gouvernement»

, renseigne la CRTV. La chaîne publique explique que le débat d’orientation budgétaire a pour objectif d’éclairer et de renforcer le contrôle parlementaire et citoyen sur l’orientation des finances publiques à moyen terme.

La session qui s’ouvre connaîtra aussi la tenue du parlement des enfants. En raison du contexte sanitaire, les députés juniors de la région du Centre seront présents à l’hémicycle du Palais des Congrès, tandis que leurs jeunes camarades issus des autres régions participeront aux travaux par visio-conférence. C’est l’occasion d’aborder des problématiques qui intéressent la jeunesse, notamment la montée de la délinquance juvénile.

Il y aura aussi des séances consacrées aux questions des parlementaires aux membres du gouvernement. Certains ont déjà annoncé leur intention de poser le problème de l’accès à l’eau et à l’électricité, qui demeure difficile, y compris dans les grandes métropoles.

Des élus, à l’instar de Jean Michel Nintcheu du SDF, devraient aussi revenir sur ce que la presse a qualifié de ‘‘Covidgate’’, le scandale autour de la gestion des 180 milliards de FCFA alloués par le FMI à notre pays pour la lutte contre le COVID-19.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here