Polémique: Le patron d’Afrik-Inform parle d’un lynchage médiatique orchestré par le ministre de la Fonction publique après avoir dénoncé sa nomination aux Awards politiques

3
Polémique: Le patron d’Afrik-Inform parle d’un lynchage médiatique orchestré par le ministre de la Fonction publique après avoir dénoncé sa nomination aux Awards politiques
Polémique: Le patron d’Afrik-Inform parle d’un lynchage médiatique orchestré par le ministre de la Fonction publique après avoir dénoncé sa nomination aux Awards politiques

Africa-PressCameroun. Sa réaction ne s’est pas fait attendre après que le ministre de la Fonction Publique (MINFOPRA) a dénoncé la «démarche douteuse d’Afrik-Inform qui prélève de l’argent à chaque votant». Contacté par la rédaction de votre site, Aristide Bounah se dit surpris par la réaction de Joseph Le. «J’ai informé le MINFOPRA par une note que les organisateurs d’Afrik-Inform Awards 2021 ont décidé de le nominer dans la catégorie «Meilleur membre du gouvernement de l’année» au vu des ses actions», répond d’entrée de jeu le patron du site d’informations.

Pour Aristide Bounah, il ne s’agit point d’une arnaque. «Comme dans tous les concours prestigieux à travers le monde, les votes sont payants», précise le patron de la plateforme. Il indique que pour cette 2e édition des Awards d’Afrik-Inform, chaque votant débourse 100 FCFA pour voter qu’une fois. Il justifie ce paiement de votes pour supporter les charges de l’organisation de l’évènement qui ne bénéficie pas du soutien financier des mécènes et partenaires.

Pour la première édition en 2019, révèle Aristide Bounah, «le vote était facturé à 50 FCFA et nous avons recueilli 500.000 sms pour un montant de 25 millions de FCFA reversés aux opérateurs mobiles Orange et MTN». Bien plus, poursuit Aristide Bounah, «nous confectionnons les trophées et achetons les cadeaux à remettre aux vainqueurs, car il n’est pas question pour nous de demander de l’argent aux nominés, au risque de perdre notre crédibilité».

Il estime que la sortie de Joseph Le «est inopportune et est un lynchage médiatique visant à discréditer son évènement qui se déroule en toute transparence». Pour Aristide Bounah, «le MINFOPRA est à ce jour l’un des derniers ministres qui recueillent moins de votes dans sa catégorie et risque de ne pas être choisi par les internautes. Ce qui risque d’être perçu par Joseph Le comme une désapprobation de ses actions».

A en croire le patron d’Afrik-Inform, «la dénonciation du MINFOPRA vise à discréditer ces récompenses qui encouragent les bonnes initiatives et créent une émulation dans la société». Rappelons que dans une note d’information publiée ce 7 juin 2021, le MINFOPRA désapprouve la démarche des Awards politiques organisés par le site d’information. Joseph Le dénonce l’argent prélevé par le site à chaque votant. Une démarche qu’il assimile à «une levée de fonds déguisée et contraire au sacro-saint principe de la gratuité du service public et des activités connexes».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here