Sanction: Le MRC exclut de ses rangs le chef de file des contestataires de l’Ouest

4
Sanction: Le MRC exclut de ses rangs le chef de file des contestataires de l’Ouest
Sanction: Le MRC exclut de ses rangs le chef de file des contestataires de l’Ouest

Africa-Press – Cameroun. Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) se sépare d’un militant. Le Comité National de Médiation et d’Arbitrage (CNMA) réuni le 2 Août 2022 a déclaré Emmanuel Kueka « exclu définitivement du MRC ». Ce membre de la fédération régionale de l’Ouest se voit reprocher un « refus manifeste de se conformer à la ligne politique et à la discipline du Parti ». Dans la décision rendue publique mercredi 3 Août 2022, cette instance du MRC souligne que les faits qui lui sont reprochés constituent une violation de l’article 8 des statuts du MRC qui consacre les obligations des membres du MRC. Des actes qui comme le stipule l’article 82 du règlement intérieur du MRC « font partie des fautes dont la sanction est l’exclusion automatique du parti une fois qu’elles sont avérées ».

Emmanuel Kueka, le leader du Collectif dit « des candidats abusivement déchus » lors des élections au sein des instances communales, départementales et régionales à l’Ouest se voit reprocher des « agissements » qui s’inscrivent en violation de certaines dispositions des textes du MRC, de refuser de se conformer à la ligne et à la discipline du parti.

Le jury constitué de 4 militants dit avoir rendu une décision « suite à la plainte du secrétaire général Christopher Ndong contre Kueka Emmanuel le 23 Juillet 2022 ». Il rappelle qu’alors que Kueka avait présenté une liste au niveau de la fédération régionale de l’Ouest, mais que celle-ci a été rejetée par la commission électorale pour la conduite des élections des membres des bureaux des organes de base du parti dans la fédération régionale de l’ouest. La commission électorale de l’Ouest disait avoir décelé une fausse déclaration sur la date d’adhésion, des cartes inconnues dans les données de production du Parti, des militants inconnus dans les unités indiquées et dans les données de production du Parti, la non représentation de toutes les fédérations départementales dans la liste.

Kueka se voit reprocher le fait de n’avoir déposé aucun recours dans les délais auprès de la Commission du Contentieux Electoral (CCE).

Le CNMA rappelle que ce dernier a adressé le 17 Juillet à Maurice Kamto « une lettre de dénonciation » de la démarche non objective de la Commission électorale dans laquelle il exigeait « le rétablissement immédiat et intégral de toutes les listes invalidées afin de garantir une compétition saine et équitable » et menaçait de faire empêcher la tenue des élections à l’Ouest.

Le CNMA est courroucé par la démarche de Kueka auprès des autorités de l’Ouest dont le gouverneur pour faire interdire les élections internes au MRC, du référé d’heure à heure devant le président du Tribunal de première Instance de Bafoussam le 22 Juillet 2022 en vue de la suspension de la décision du 17 Juillet 2022 portant validation et invalidation des listes de candidature aux élections internes du Parti dans la fédération Régionale de l’Ouest.

LE CNMA parle d’ « agissements » qui s’inscrivent en violation de certaines dispositions des textes du MRC. Il accuse Kueka de refuser de se conformer à la ligne et à la discipline du parti, de n’avoir pas répliqué par écrit à la plainte du SG après la plainte qu’il avait lui-même déposée et lui reproche de s’être entêté à faire comparaître le MRC en justice le 2 Août 2022 dans l’espoir de voir annuler toutes les opérations de vote récents au sein du parti à l’Ouest ainsi que leurs résultats.

La sanction infligée à Emmanuel Kueka va prendre effet à compter du moment où elle sera approuvée par le directoire du MRC.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here