Sortie de prison en 2025 : les choses se compliquent pour Amougou Belinga, les pleures à Kondengui

1
Sortie de prison en 2025 : les choses se compliquent pour Amougou Belinga, les pleures à Kondengui
Sortie de prison en 2025 : les choses se compliquent pour Amougou Belinga, les pleures à Kondengui

Africa-Press – Cameroun. Le célèbre homme d’affaires camerounais, Jean-Pierre Amougou Belinga, détenu dans l’affaire du meurtre du journaliste Martinez Zogo, pourrait retrouver sa liberté en 2025, selon des déclarations récentes d’un partisan.

Depuis plusieurs mois, Jean-Pierre Amougou Belinga, figure emblématique du monde des affaires au Cameroun, est en détention à la prison de Kondengui dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat tragique du journaliste Martinez Zogo. Des perspectives incertaines entourent sa libération, mais un partisan influent, Mbombog Matip, suggère que Belinga pourrait retrouver sa liberté l’année prochaine.

L’arrestation de Jean-Pierre Amougou Belinga et de plusieurs autres individus soupçonnés d’avoir joué un rôle dans l’assassinat de Martinez Zogo a eu lieu après un séjour prolongé au Secrétariat d’État à la Défense (SED). Le tribunal militaire de Yaoundé a officiellement inculpé Belinga, ainsi que Léopold Maxime Eko Eko, Justin Danwe, et d’autres individus le 4 mars 2023.

Les charges retenues contre l’homme d’affaires portent sur une “complicité de torture”. Les enquêteurs soupçonnent Belinga d’avoir été impliqué dans l’enlèvement de Martinez Zogo, mené par un groupe dirigé par Justin Danwe, lieutenant-colonel de la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE). Le patron de la DGRE, Léopold Maxime Eko Eko, est également impliqué pour avoir eu connaissance de l’opération.

Cependant, plusieurs autres personnes initialement soupçonnées de complicité présumée, dont le beau-père et chef de la sécurité d’Amougou Belinga, ainsi que le journaliste Bruno Bidjang, directeur général de L’Anecdote, ont été libérées, tout comme le chauffeur et le maître d’hôtel de Belinga.

Martinez Zogo avait été enlevé le 17 janvier 2023 devant la brigade de gendarmerie de Nkol-Nkondi, dans la banlieue de Yaoundé, pour être retrouvé sans vie cinq jours plus tard à Ebogo III, une autre banlieue de la capitale camerounaise. L’autopsie avait révélé des sévices graves infligés au corps du journaliste.

L’issue de cette affaire demeure incertaine, et la libération éventuelle de Jean-Pierre Amougou Belinga en 2025 dépendra des développements futurs de l’enquête et du système judiciaire camerounais.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here