Désertion d’un élément du BIR : un militant du MRC arrêté à Maroua

3
Désertion d'un élément du BIR : un militant du MRC arrêté à Maroua
Désertion d'un élément du BIR : un militant du MRC arrêté à Maroua

Africa-PressCameroun. • Souleymanou Bouba est détenu à la prison de Maroua

• Il est accusé d’avoir facilité la désertion d’un militaire

• Souleymanou Bouba est un conducteur de taxi-moto militant du MRC

Porté disparu depuis plusieurs jours, le jeune Souleymanou Bouba, militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) a été retrouvé à la prison de Maroua. Il est accusé d’avoir aidé un militaire du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) à déserter l’armée.

Selon les révélations du lanceur d’alerte Boris Bertolt, Souleymanou Bouba conducteur de taxi-moto a eu le malheur de transporter le militaire déserteur qui s’échappait de son unité emportant sur lui son arme de service et une somme d’argent.

« Souleymanou Bouba est accusé d’avoir aidé un militaire du BIR à déserter. Le jeune militaire du MRC, moto taximan avait Transporté le militaire du BIR sur sa moto. Or ce soldat aurait détourné de l’argent et fuit également avec son arme », indique la source qui précise que le prévenu sera bientôt présenté au tribunal militaire.

Cette nouvelle confirme le malaise et les désertions déjà annoncés dans les rangs de l’armée camerounaise aussi dans l’Extrême-Nord que dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Colère

Les derniers affrontements contre des sécessionnistes ont été fatals pour les militaires. Dans la journée de lundi 30 août, deux militaires ont été tués dans l’attaque de leur convoi à Mundemba dans le Sud-ouest. La perte de leurs camarades lors de cette attaque , a révolté des soldats. Ils revendiquent plus de minutions dans la zone anglophone en conflit depuis plus de 4 ans déjà.

D’après les informations parvenues à la rédaction de Camerounweb, il y a eu une grogne des militaires qui a retentit jusqu’au sommet de l’armée. Mais des rapports des services renseignements n’ont pas rendus fidèlement les revendications des soldats.

Ces soldats trouvent qu’ils risquent énormément au péril de leur vie sans munitions aux fronts face aux sécessionnistes qui sont lourdement armés. Ils sont une dizaine à tomber impuissants par semaine sous les balles des sécessionnistes. Certaines sources affirment que bien qu’ils soient informés, les généraux de l’armée tel que Nka Valere se disent incapables de résoudre ce problème pour l’instant car , notifient les sources, “ils attendent aussi le retour du pouvoir de Yaoundé qui tarde après plusieurs demandes formulées”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here