Pédophilie : le prêtre accusé et suspendu accuse à son tour deux autres prêtres, l’affaire s’enflamme

8
Pédophilie : le prêtre accusé et suspendu accuse à son tour deux autres prêtres, l'affaire s'enflamme
Pédophilie : le prêtre accusé et suspendu accuse à son tour deux autres prêtres, l'affaire s'enflamme

Africa-Press – Cameroun. Dans une circulaire cosignée de monseigneur Jean Bosco Ntep, évêque d’Edéa et de l’abbé Mbag Aloys de Fontem, l’on apprend que l’abbé Ngbwa Ngo’o William est interdit d’exercer toute activité sacerdotale. « Sous réserve des orientations venant du Saint Siège, suspendons l’abbé Ngbwa Ngo’o William de toutes activités du ministère sacerdotal, selon le canon 1331-1333, informait Camerounweb dans un précédent article.

Un nouveau rebondissement a lieu dans cette affaire qui choque le monde religieux camerounais. En effet, l’abbé Ngbwa Ngo’o William ne voudrait pas tomber seul dans cette affaire. Il entraine sous le train deux de ses paires qui seraient également impliqués dans cette sombre affaire de pédophilie et de mysticisme.

« Bonsoir à tous ! Je viens par ce canal vous informer tous que depuis ce jour, je fais l’objet d’une abondante littérature non sans écart de langage dans les réseaux sociaux, suite à la publication surprenante du décret de suspense émis par Mgr Jean Bosco NTEP, à mon encontre, pour motif de pédophilie dénué de tout fondement.

En effet, depuis le 30 mars dernier, le Secrétaire à l’éducation et moi, avions eu un échange houleux à l’issue duquel il a décidé de me nuire. Il a donc demandé au curé de ma paroisse de l’aider à trouver rapidement des moyens pour me casser en cherchant à convaincre quelques parents qu’il a qualifiés d’influents pour m’accuser de pédophilie. Malheureusement, la petite fille qu’ils ont voulu impliquer dans cette affaire lugubre, a dénoncé ces allégations à travers deux lettres qu’elle a adressées à l’évêque, l’une par mes soins et l’autre par les soins de sa mère.

Sa mère elle-même, et sa grande sœur ont écrit à l’évêque pour apporter un démenti aux prétentions de mes deux bourreaux qui ne sont autres que les abbés Wetjen et Lingog, respectivement curé de la paroisse et Seduc du diocèse d’Edéa. Ayant pensé suffisantes les preuves par écrit envoyé à l’évêque par la fille que l’on a voulu obliger de se considérer comme victime, ainsi que les lettres adressées à l’évêque par sa mère et sa grande sœur, je ne me suis plus douté de rien. Contre toute attente, alors que je me rendais lundi dernier, le 05 juin 2023, à Marienberg pour la retraite des prêtres du diocèse, la Secrétaire de l’évêque m’annonce qu’elle détient mon courrier : c’était le décret de suspense.

Je suis allé immédiatement rencontrer l’évêque pour d’amples informations y afférentes. Il m’a fait savoir que dès lors que l’on évoque, à tort ou à raison, un cas de pédophilie, l’évêque a l’obligation de suspendre d’abord provisoirement le prêtre de toute activité liée au ministère sacerdotale en attendant qu’une enquête s’ouvre à l’effet de connaître la vérité et d’établir les responsabilités.

Voilà brièvement présentée la situation dans laquelle je me trouve actuellement dans le diocèse d’Edéa qui a toujours fait montre de tribalisme toutes les fois où il s’agit de traiter des cas des étrangers.

Pour le reste, nous attendons que le Seigneur Lui-même manifeste sa lumière sur cette affaire. Je vous invite à me porter dans vos prières, et à ne pas céder à la dépression suite à toutes les tournures langagières scabreuses qui meublent cette actualité sordide » écrit l’abbé suspendu.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here