Triste sort : les fidèles catholiques endeuillés, un illustre prêtre camerounais mort la nuque brisée

6
Triste sort : les fidèles catholiques endeuillés, un illustre prêtre camerounais mort la nuque brisée
Triste sort : les fidèles catholiques endeuillés, un illustre prêtre camerounais mort la nuque brisée

Africa-Press – Cameroun. La mort du serviteur de Dieu choque tous les fidèles de l’église et les observateurs de loin. Le prêtre a été retrouvé mort sans que personne ne sache véritablement ce qui lui est arrivé. Son corps, surtout au niveau de la tête, n’est pas dans un état très présentable, ce qui laisse envisager une chute de plusieurs mètres de hauteur qui aurait été fatale pour lui sur le champ.

Mais bien évidemment, ce ne sont que des suppositions à l’état actuel des choses. Rien n’a encore été vérifié et aucune information officielle, que ce soit de la part des leaders religieux ou des autorités policières, n’a été communiquée.

La découverte macabre a été faite à Bertoua. C’est une commune du Cameroun située dans le département du Lom-et-Djérem et la région de l’Est, érigée en Communauté urbaine de Bertoua en 2008.

La ville de Bertoua se trouve à trois cent cinquante (350) kilomètres de Yaoundé. Bertoua est la capitale régionale de l’Est, la plus grande région forestière du Cameroun.

Comme le raconte le lanceur d’alerte camerounais, un prêtre a été retrouvé au pied d’un immeuble la nuque brisée.

L’abbé s’appelle Blaise. Il a été « découvert sans vie au pied d’un immeuble à Bertoua. Si la thèse d’une chute mortelle est envisagée, il est cependant possible que l’homme de Dieu ait été victime d’un acte criminel comme le suggèrent les observations d’un médecin ».

C’est une mort incompréhensible pour l’instant : « Eh mon pays ! Seigneur, nous tes enfants avons besoin de toi, la situation est très grave à qui irions-nous, toi seul peut nous sauver ».

« Venant de mon pays, ça ne me surprend pas. Massah, les faits divers chaque instant (…). C’est entre eux les gens d’église », laissent entendre des personnes interrogées après la découverte sur les lieux.

Sur la toile, l’indignation est aussi totale : « Eh mon pays, tous les jours les drames. Pendant mon enfance dans les années 80-90, nous n’avons pas connu ça. L’autre avait dit qu’il est dans l’eau. Lui il n’a pas aussi dit qu’il est dans l’air ? ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here