Entretien: Rebecca Enonchong sur TV5Monde: «Je ne pense pas que mon arrestation soit liée à mes critiques envers le régime de Paul Biya»

0
Entretien: Rebecca Enonchong sur TV5Monde: «Je ne pense pas que mon arrestation soit liée à mes critiques envers le régime de Paul Biya»
Entretien: Rebecca Enonchong sur TV5Monde: «Je ne pense pas que mon arrestation soit liée à mes critiques envers le régime de Paul Biya»

Africa-PressCameroun. Rebecca Enonchong parle. L’entrepreneuse spécialiste du numérique a accordée sa première interview depuis sa libération le 13 Août 2021 à la télévision internationale TV5Monde. Au cours de l’entretien de 7 minutes diffusé dans une des éditions de journaux du 20 Août, elle est revenue sur son arrestation et sa détention.

Rebecca Enonchong a raconté que quelques jours avant son arrestation, elle était allée s’enquérir des suites réservées aux correspondances qu’elle avait déposées au Parquet, à Douala. Elle aurait « eu un petit désaccord avec la manière dont les dossiers étaient traité ». La patronne d’AppsTech précise qu’il n’ y a pas eu d’incident, pas d’éclat de voix. Elle rapporte qu’elle a été appelée le lendemain (vendredi 6 Août 2021) de son passage au Tribunal « pour une visite de courtoisie », mais a préféré ne pas répondre à cette invitation par crainte d’être privée de liberté un week-end.

S’étant finalement rendue à la gendarmerie le lundi 9, elle va être reçue par le commandant de la légion de gendarmerie qui lui transmettra les plaintes du procureur général qui estimait qu’elle « dérangeait ses services » et que lui, le commandant, avait quelques questions pour elle.

Rebecca Enonchong a ajouté qu’après son audition ce lundi-là, elle est rentrée chez elle. Mais dans la soirée elle sera rappelée et s’entendra demander de revenir le lendemain pour signer le procès-verbal de son audition. C’est à ce moment qu’elle sera placée en garde à vue. Toujours selon son témoignage, ses avocats apprendront ce mardi-là qu’elle est accusée d’outrage à magistrat en la personne du procureur général. Le même qui, indique-t-elle se plaint et ordonne sa garde à vue.

Rebecca Enonchong a trouvé ses conditions de détention moins dures que celles du commun des personnes retenues à la légion de gendarmerie du Littoral. « J’ai été gardée dans la zone de la grande criminalité. Ce n’est pas vraiment approprié pour les femmes. Je n’étais pas dans une cellule, mais dans un bureau, à côté des cellules. Certainement, j’ai eu un traitement beaucoup plus VIP que les autres qui étaient en détention. Mais c’est tout. C’est toujours très désagréable. C’est quand même une détention. Il n’y avait pas de toilettes, c’était une situation un peu difficile », déplore-t-elle.

Lorsque l’on lui demande si ses critiques envers le régime de Paul Biya et les lettres de dénonciation qu’elle et d’autres femmes camerounaises ont adressées au FMI et à l’ONU il y a peu peuvent expliquer son arrestation, elle répond par la négative.

« Je ne pense pas que l’arrestation soit liée à tout cela. Je pense aussi que parmi toutes les personnes qui sont intervenues pour ma libération, je veux vraiment remercier toutes les personnes qui se sont battues pour ma libération. Mais parmi ces personnes il y a aussi des autorités camerounaises qui sont intervenues pour ma libération. Mais je sais que certains, à cause de ces critiques que j’émets de temps en temps n’ont pas voulu intervenir. Cela a eu un impact sur ma liberté et le temps que cela a pris pour me libérer. Mais je ne pense pas que ce soit pour cela qu’on m’a arrêtée »

, conteste-t-elle.

Ci-dessous la vidéo de l’interview de Rebecca Enonchong sur TV5 Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here