Pourquoi le terrorisme se développe-t-il de plus en plus à travers l’Afrique ?

5
Pourquoi le terrorisme se développe-t-il de plus en plus à travers l'Afrique ?
Pourquoi le terrorisme se développe-t-il de plus en plus à travers l'Afrique ?

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – CentrAfricaine. L’Afrique, du fait des ingérences extérieures, est devenue le théâtre des activités des groupes terroristes, et au cours des deux dernières années, les groupes affiliés à l’organisation Daech se sont étendus, augmentant leur présence au Mali, au Burkina Faso et au Niger, ainsi que plus au sud dans le Golfe de Guinée. De même, dans l’Est du continent, qui est la région la plus tendue, l’instabilité s’est accrue en présence d’organisations extrémistes qui exploitent les conflits ethniques et civils, comme en Somalie et en Éthiopie.

Il va sans dire que le problème du terrorisme et de sa montée est l’un des défis les plus dangereux et les plus influents, et ses répercussions affectent divers domaines humains, économiques, politiques, sécuritaires, sociaux et autres. Il comprend des organisations terroristes, comme l’Afghanistan, puis l’Irak et la Syrie en Asie, en plus de la survenance d’opérations terroristes dans un certain nombre de pays européens et autres. L’attention s’est également tournée vers le continent africain lorsque de nombreuses organisations terroristes ont émergé, et elles ont mené leurs activités de manière extensive dans de nombreux pays du continent qui se caractérisaient par une certaine non-prolifération du terrorisme, mais elles n’étaient pas loin de la vue de ces diverses organisations terroristes qui les placent dans le cadre de leurs stratégies et priorités. En raison des circonstances et des conditions que traversent le continent et ses pays qui facilitent la concentration et la propagation de ces groupes dans ces régions et pays.

Ce qui est différent avec le terrorisme et les organisations terroristes en Afrique, c’est qu’ils ne se limitent pas à une religion ou à une secte particulière, mais qu’il existe des organisations terroristes, des mouvements et des groupes de musulmans, de chrétiens et d’autres religions et croyances.

L’autre chose qui diffère dans le cas africain c’est que la lutte contre le terrorisme et la lutte contre ses incitations n’ont pas fait l’objet de concentration et d’attention internationales, comme dans le reste des régions du monde, bien que sept des dix pays les plus vulnérables au terrorisme se trouvent en Afrique, selon le diagnostic des rapports mondiaux sur les indicateurs du terrorisme, ce qui signifie que l’Afrique est la plus exposée au terrorisme et à ses diverses répercussions.

Par conséquent, une série de questions sont soulevées concernant la crise du terrorisme et l’augmentation des organisations et des mouvements terroristes sur le continent africain, dont les plus importantes sont peut-être :

• Quelles sont les conditions et les situations qui ont constitué les incitations les plus importantes à l’émergence et au développement des groupes et organisations terroristes sur le continent africain ?

• Quels sont les groupes, mouvements et organisations terroristes les plus importants actifs sur la scène africaine ?

• Quelles sont ses caractéristiques et ses activités ?

• Quelles sont les répercussions, les effets et les risques laissés par les activités des organisations terroristes dans les pays et les sociétés africaines ?

Quand les Nations Unies tirent la sonnette d’alarme sur la situation sécuritaire sur le continent

Lors d’une session du Conseil de sécurité qui s’est tenue le jeudi 10 Novembre 2022, la vice-secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina Mohamed, S’adressant au débat de haut niveau du Conseil de sécurité sur « La lutte contre le terrorisme en Afrique – un impératif pour la paix, la sécurité et le développement » a déclaré, au nom du Secrétaire général António Guterres, que la montée du terrorisme constituait une menace majeure pour la paix et la sécurité internationales, et qu’elle se faisait maintenant sentir le plus durement en Afrique, et que « les terroristes et les extrémistes violents, y compris Daech, Al-Qaïda et leurs affiliés qui ont profité de l’instabilité et des conflits pour accroître leurs activités et intensifier les attaques à travers le continent.

« Leur violence insensée, alimentée par le terrorisme, a tué et causé de graves blessures à des milliers de personnes, et beaucoup d’autres continuent de souffrir de l’impact plus large du terrorisme sur leurs vies et leurs moyens de subsistance », a-t-elle noté.

La misogynie étant au cœur de l’idéologie de nombreux groupes terroristes, les femmes et les filles en particulier portent le poids de l’insécurité, des inégalités et des sévices.

Il faut noter que la chute rapide de l’Afghanistan aux mains des talibans a ramené la notion cauchemardesque selon laquelle les groupes terroristes djihadistes mondiaux trouveront à nouveau un sanctuaire dans lequel ils pourront se regrouper et prospérer. Cela attire également l’attention sur l’Afrique, où les groupes djihadistes sont en augmentation.

Il importe de rappeler aussi que 20 ans après les évènements survenus le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, notamment les attaques terroristes commises contre principalement les deux tours du « World Trade Center », les organisations terroristes poursuivent leur guerre dans de vastes régions du continent, alors que le scénario dans lequel des groupes djihadistes submergent un pays comme le Mali avec sa corruption, son manque de cohésion politique et ses forces armées faibles, est réaliste.

L’Afrique : Ce point chaud qui se tortille sur un feu de braise

Les groupes terroristes djihadistes prospèrent en Afrique et, dans certains cas, s’étendent au-delà des frontières. Cependant, aucun pays n’est en danger immédiat d’effondrement comme en Afghanistan. Les insurrections à caractère islamiste en Afrique ont trois zones géographiques principales d’opérations :

• L’une d’elles est la Somalie, où une vieille rébellion a provoqué il y a des années l’instabilité dans les régions frontalières du Kenya, et qui est devenue maintenant une source d’inspiration pour les groupes terroristes au Mozambique et en République démocratique du Congo,

• La seconde se trouve dans la région du Sahel de l’Afrique de l’Ouest, où la région frontalière entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso a été particulièrement touchée, ainsi que les pays voisins comme la Côte d’Ivoire, le Togo et le Bénin.

• Tandis que la troisième, c’est la zone autour du lac Tchad et du Nord-Est du Nigeria, où le conflit affecte directement le Nord du Cameroun, le Tchad et le Niger. Toutes ces rébellions font de lourdes pertes parmi la population locale, qui devient la cible de la plupart des attentats terroristes.

Dans ce contexte, la « Revue militaire » publiée par le Commandement américain pour l’Afrique, en 2022, a indiqué que l’Afrique dépassera la région du Moyen-Orient en tant que principale plaque tournante des groupes terroristes du monde entier qui sont déterminés à étendre leur portée. Il s’agit là de la conclusion des experts qui ont étudié les attaques croissantes sur le continent lesquelles ont coïncidé avec une augmentation du contenu « Web et vidéo » lié à l’Afrique, et qui est produit par des groupes terroristes.

Par ailleurs, le fondateur de l’agence « Jihad Analytics » spécialisée dans l’analyse des activités djihadistes dans le monde et dans le cyberespace, Damien Ferret, a déclaré quant à lui : « En 2022, et jusqu’à présent, Daech a revendiqué la responsabilité de plus de la moitié des attaques perpétrées en Afrique, alors que la République démocratique du Congo, le Mozambique et le Nigeria connaissent une expansion dans de nouvelles zones et une escalade des attaques visant des civils ».

De son côté, Jasmine Obermann, l’analyste sud-africaine du terrorisme attribue une grande partie de l’augmentation de la violence à la mauvaise gouvernance dans les communautés rurales historiquement négligées et aux personnes qui ont perdu confiance dans les autorités de leur pays.

« Si l’on regarde l’histoire de l’Afrique, nous découvrons qu’Al-Qaïda a toujours eu une présence établie », a-t-elle déclaré, tout en ajoutant : « Nous assistons à un environnement propice à ce que ces groupes terroristes internationaux se retrouvent, se rejoignent et prennent la tête d’activités extrémistes dans toutes ces régions ».

En plus, selon l’analyste sud-africaine, en RD du Congo, le groupe terroriste « Forces démocratiques alliées (ADF)» est officiellement lié à Daech depuis 2017, et aurait bénéficié de l’afflux de combattants du Burundi, du Kenya, d’Afrique du Sud et de Tanzanie, tandis que ces organismes attirent parfois des conseillers et des experts qui viennent aider dans les moments difficiles à prendre des décisions et à se réorganiser.

Lorsque les terroristes se basent sur la technologie en Afrique de l’Ouest

Les affirmations selon lesquelles des branches centrales importantes de Daech en Syrie et en Irak préconisent la migration vers l’Afrique, plutôt que vers le Moyen-Orient ou d’autres régions, sont un fait très significatif et soulignent le poids que Daech et d’autres organisations terroristes attachent à cet effort.

Nous constatons également que près d’une décennie après, des groupes terroristes en Afrique de l’Ouest affinent leurs tactiques pour détourner les plateformes des médias sociaux et les applications de messagerie, et que l’indice mondial du terrorisme révèle que certaines parties de la région abritent les extrémistes violents à la croissance la plus rapide et la plus meurtrière, et il y a eu une augmentation constante des incidents dans lesquels les plateformes de médias sociaux et les applications de messagerie sont devenues partie intégrante du « modus operandi » (la manière de procéder) des extrémistes.

De plus, en raison de leur nature décentralisée et après avoir approfondi les techniques de l’Internet dans leurs opérations, ces groupes se sont avérés difficiles à intercepter et à obtenir un accès en ligne qui n’aurait pas été possible dans le monde physique, sachant que des groupes terroristes et extrémistes en Afrique de l’Ouest, notamment dans le Sahel et le bassin du Lac Tchad, utilisent Internet pour diffuser de la propagande, recruter, radicaliser, inciter à des attentats, financer et planifier leurs opérations.

Il importe de noter que, dans ce contexte, le ministre ghanéen de la Sécurité nationale, Albert Kan Daba, a déclaré qu’il doit y avoir un outil mondial pour réprimer les activités terroristes via Internet, et que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (DEDEAO) devrait également sensibiliser et formuler des mesures régionales efficaces pour lutter contre les moyens technologiques utilisés par ces groupes terroristes.

La menace croissante du terrorisme en Afrique

La présidence du Conseil de sécurité pour le mois de novembre a été confiée au Ghana. Il s’agit de la septième fois que le Ghana assume la présidence du Conseil au cours des quatre sessions lors desquelles il a été élu « membre non permanent du Conseil de sécurité », depuis 1962-1963.

La note conceptuelle du « Ghana » à propos du Conseil de sécurité s’est concentrée sur les mesures antiterroristes en cours en Afrique et sur la manière dont le conseil pourrait soutenir ces mesures. Selon la note conceptuelle, l’Afrique a connu un afflux de groupes terroristes cherchant à établir une présence dans des zones où les États manquent de pouvoir, notamment l’Est de la République démocratique du Congo, le Nord-est du Nigéria, le bassin du Lac Tchad au Nord du Mozambique et la Somalie.

La note conceptuelle fait également référence à l’indice mondial du terrorisme 2022, un rapport de l’Institut pour l’économie et la paix, qui a révélé que près de la moitié des décès liés au terrorisme enregistrés en 2021 sont survenus en Afrique.

Les groupes terroristes se taillent des plaques tournantes régionales et créent des zones d’instabilité à travers le Continent africain.

L’ancien responsable du programme « Contre-terrorisme » de la Commission de l’Union africaine, Martin Ewe, a souligné qu’une vingtaine de pays africains ont déjà été témoins de telles activités, et plus de 20 autres pays sont utilisés pour la logistique ainsi que pour la mobilisation de fonds et d’autres ressources, a-t-il averti que l’Afrique n’est pas seulement une plaque tournante pour les activités de Daech, mais pourrait également être son futur « califat ».

Daech et Al-Qaïda continuent d’exploiter les conflits de longue date en Afrique pour poursuivre leurs activités illicites, leur fournissant des taux de pénétration accrus. Par conséquent, Daech en Afrique de l’Ouest mérite une attention particulière, car il est devenu le groupe terroriste le plus important et le plus meurtrier.

Les changements stratégiques et politiques en Afrique ont exacerbé la menace sécuritaire vieille d’une décennie posée par l’extrémisme violent, l’instabilité politique et les conflits internes dans la région. Cette évolution fragilise l’avenir de la lutte antiterroriste dans la région et n’augure rien de bon pour les pays d’Afrique du Nord. Pour limiter les répercussions potentielles, les acteurs doivent maintenir la pression politique et économique sur les dirigeants africains en renforçant le processus démocratique et en freinant l’influence de Moscou et des groupes armés.

Selon des sources dignes de foi, il semble qu’en moins de deux semaines, le département du Trésor américain a imposé des sanctions à plusieurs personnes et entités en Afrique du Sud, accusées d’appartenir à l’organisation Daech, dans ce que les experts ont considéré comme un signal d’alarme pour Pretoria, et de nouvelles preuves de la pénétration du système financier par des organisations terroristes pour financer leurs activités dans le sud du continent africain.

Réagissant à ces sanctions, le Ministre sud-africain à la présidence de la République chargé de la sécurité de l’Etat, Mondeli Gongobili, a affirmé la détermination de son pays à lutter contre les actes de terrorisme et les activités de financement illicites et a souligné, dans un communiqué publié à la mi-novembre dernier, l’intention du gouvernement de travailler avec Washington dans la lutte contre toutes les formes et manifestations de terrorisme.

Cela est survenu après que le Trésor américain ait annoncé l’imposition de sanctions à quatre membres (d’une même famille) d’une cellule de l’organisation de Daech en Afrique du Sud, et a déclaré dans son communiqué : « L’Afrique du Sud a acquis une importance particulière en tant que plate-forme de transfert de fonds entre la direction de Daech et ses groupes affiliés sur le continent ».

Selon la même source, les quatre membres « fournissaient un soutien matériel et financier, de la technologie, des biens et des services pour soutenir l’organisation Daech ».

C’est donc pour ça que le danger, les répercussions et les lourdes pertes subies par les États et les sociétés dans divers domaines humains, sécuritaires, économiques, sociaux, politiques et autres n’échappent plus à personne.

Catalyseurs du terrorisme en Afrique

On peut dire que les pays et les sociétés du continent africain ont traversé et traversent des situations ainsi que des conditions politiques turbulentes, des crises sécuritaires, économiques et sociales, des conflits et des guerres civiles, ainsi qu’une composition et une diversité sociétales complexes.

Toutes ces conditions ont constitué des incitations qui ont contribué à attirer des terroristes et des groupes armés sur la scène africaine, jusqu’à ce que certains pays africains deviennent un lieu où certains groupes terroristes, tels que l’organisation « Boko Haram » et le mouvement « Al-Shabab » et d’autres, ont annoncé leur activités et ont imposé leur contrôle sur les zones et les communautés locales.

Sans équivoque, les plus importants de ces catalyseurs du terrorisme en Afrique peuvent être identifiés comme suit :

• Instabilité et crises politiques

De nombreux pays africains souffrent de crises politiques et de chaos politique, qui ont rendu l’environnement africain attractif pour les groupes terroristes qui ont facilité l’incursion et le recrutement de nouveaux éléments, avec la présence de refuges et de bases dans lesquels ils sont stationnés afin lancer vers l’expansion et la diffusion dans le reste des régions du continent africain.

• Rôle faible et absence de l’État

En raison des crises que traversent de nombreux pays du continent, son rôle est faible dans de nombreux domaines à l’intérieur de ses frontières, en combattant ces organisations ou en travaillant à assécher et à affaiblir leurs sources de financement.

• Corruption et marginalisation économique et sociale

De nombreux pays africains souffrent d’une corruption endémique, en plus de la marginalisation économique et sociale de certaines communautés locales, ce qui a provoqué une augmentation des niveaux de mécontentement et de frustration du public, en particulier chez les jeunes devenus vulnérables à l’exploitation des groupes terroristes en les recrutant et en renforçant leurs rangs.

• Conflits et divisions ethniques et religieux

Les sociétés africaines sont caractérisées par la diversité humaine et religieuse, car il existe des milliers d’ethnies et de langues, et de nombreuses religions et sectes. Dans un pays africain, nous pouvons trouver un large spectre de diversité, des dizaines ou des centaines de tribus, de langues, de religions et de sectes, et cette diversité dans des conditions turbulentes était source de divisions et de conflits locaux, les gouvernements ne parvenant pas à consolider le consensus sociétal. Cela a provoqué l’émergence de l’extrémisme et de groupes armés et terroristes, qui ont emprunté la voie de la violence pour atteindre leurs objectifs et ont recruté ceux qui avaient des convictions similaires pour combattre dans leurs rangs contre d’autres groupes.

• Stratégies antiterroristes internationales sélectives et différents intérêts de ses parties

Cela a donné aux organisations terroristes l’opportunité d’exister à l’intérieur de l’Afrique, et cela est dû à deux facteurs :

-/-Le premier est représenté par la distance entre les intérêts directs des acteurs internationaux et leur sécurité nationale, et les organisations terroristes en Afrique, car ces pays voient que le mouvement des organisations terroristes de leur voisinage géographique vers l’Afrique est moins menaçant pour leurs intérêts directs et leur sécurité nationale, du fait qu’Al-Qaïda en Afghanistan est plus une menace pour les intérêts des puissances internationales, tandis que son déplacement en Afrique réduit sa menace directe pour les deux pays.

-/-Quant au deuxième facteur, il est lié à l’étendue de la volonté et la capacité des puissances internationales d’employer des organisations terroristes sur le continent africain, d’une manière qui sert les intérêts de leurs alliés locaux, par exemple lorsqu’une des parties internationales cherche à faire pression sur un régime dans un pays africain, affaiblissant il, voire le renversement, peut employer un groupe ou le soutenir financièrement et armé de manière à permettre à ce parti d’élargir le cercle de ses alliés et de les renforcer face à leurs adversaires. Ce qui évoque des groupes terroristes en guerres par procuration dans l’arène africaine.

• Accroissement des niveaux de pauvreté

Les niveaux de pauvreté ont augmenté dans les pays du continent bien qu’ils soient riches en ressources naturelles et minérales et en sources d’énergie. Le problème de la pauvreté a été un facteur déterminant que les organisations terroristes ont largement exploité dans leur émergence, leur expansion et leur propagation en Afrique. Cela lui a permis de créer un terreau fertile pour semer l’extrémisme en exploitant le besoin et la misère en échange de la satisfaction de divers besoins par ces organisations et groupes qui sont souvent situés dans des zones pauvres et répondent aux besoins d’un certain nombre de leurs habitants, afin de les recruter dans ses rangs, au lieu du chômage et de la misère dont ils souffrent.

• Ravitaillement humain

Les organisations terroristes se dirigent vers l’Afrique, parce qu’elles considèrent ses sociétés comme une source importante pour s’approvisionner en éléments de combat dans ses rangs, même dans les foyers de conflit hors du continent africain, et le meilleur exemple en est Daech, dont les rangs de combattants africains se multiplient en Syrie, Irak et autres régions.

• Facilité de circulation transfrontalière

En raison de la faiblesse de nombreux pays africains dans le domaine sécuritaire et militaire et de leur incapacité à contrôler les frontières, ce qui a contribué à permettre aux organisations terroristes et à leurs éléments de se déplacer facilement entre les différents pays du continent, cela l’a amenée à étendre son influence et son activité à travers les pays pour mener à bien ses opérations ou mener des activités visant à renforcer ses ressources financières.

Devant une telle situation, ont peut d’ores et déjà affirmer que cette carence dans la gestion politique et socio-économique du territoire est une source d’instabilité et un facteur de fragmentation de l’espace national. Il en résulte dans bien des cas une rupture du monopole de la violence légitime, débouchant sur une démultiplication d’acteurs concurrents à l’État : groupes armés, milices, réseaux criminels régionaux ou internationaux, etc.

D’autre part, les terroristes, les groupes armés non étatiques et les réseaux criminels poursuivent souvent des programmes et des stratégies différents, alimentés par la contrebande, la traite des êtres humains et d’autres méthodes de financement illicites, et parfois même l’usurpation d’identité des forces armées légitimes.

Ceci dit, nous devons admettre que ce défi nous concerne tous, et la lutte contre le terrorisme international nécessite des réponses multilatérales efficaces.

En revenant à la sonnette d’alarme tirée par les Nations Unies, cinq suggestions ont été proposées pour la voie à suivre dans les efforts de lutte contre le terrorisme en Afrique, indiquant à ce propos que :

• La prévention reste la meilleure réponse que nous puissions apporter,

• S’attaquer à l’instabilité et aux conflits qui peuvent conduire au terrorisme en premier lieu,

• S’attaquer également aux conditions que les terroristes exploitent dans la poursuite de leurs objectifs,

• Elaborer des approches communautaires et sensibles au genre pour l’ensemble de la société,

• Appeler à un « financement durable et prévisible » pour prévenir et combattre le terrorisme.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here