le premier ministre Moloua table sur les pistes de sortie de crise socio-économique

7
le premier ministre Moloua table sur les pistes de sortie de crise socio-économique
le premier ministre Moloua table sur les pistes de sortie de crise socio-économique

Africa-Press – CentrAfricaine. Nommé le 7 février dans une période difficile que le pays a traversé du fait de la suspension de l’aide internationale, le premier ministre centrafricain, Félix Moloua, est bien conscient du défi à relever pour sortir le pays de l’impasse socio-économique. Durant la présentation de son bilan le 9 février 2023, le statisticien à la primature a évoqué les pistes de sortie de crise que traverse la Centrafrique.

« Je suis arrivé à ce poste à un moment difficile de la vie de notre nation. Difficile du contexte mondial. Le choix a été porté sur moi au moment où notre pays ne bénéficie plus de l’appui budgétaire, alors que nous étions en train de mettre en œuvre le programme de référence avec le FMI », a rappelé Félix Moloua.

L’an un de sa prise de fonctions à la tête du gouvernement est marqué par une crise économique du fait de la tension de trésorerie, la récession, la pénurie chronique du carburant, la flambée et l’inflation sur les marchés.

« Cette situation nous a emmenés, sur les orientations du chef de l’Etat, à nous poser des questions. C’est vrai, c’est un contexte extrêmement tendu. Nous pensons que nous pouvons faire mieux en nous remettons en question. Nous devons travailler pour améliorer les recettes domestiques, c’est-à-dire mobiliser nos propres ressources, en mettant l’accent sur la bonne gouvernance, aussi sur des questions comportementales de mentalité », a-t-il estimé.

Pour sortir le pays de cette situation, le premier ministre estime qu’il faut retrousser les manches. Renforcer le dialogue avec les partenaires financiers et diversifier les coopérations, et encourager du secteur privé, voilà pour le statisticien centrafricain, des pistes de sortie de cette récession.

« Nous pensons que nous devons renforcer la coopération internationale, améliorer le dialogue avec nos partenaires et diversifier le partenariat. Également, nous devons faire la promotion du secteur privé qui doit jouer son rôle de la création de richesses. C’est pourquoi, il faut des instruments juridiques pour améliorer l’environnement des affaires », a tracé comme pistes de sortie de crise, Félix Moloua qui a avoué qu’à ce jour de l’an un de sa gestion à la primature, le combat n’est pas encore gagné.

Nommé ministre de l’économie, de la coopération et du plan dès l’arrivée au pouvoir du président Touadera en mars 2016, poste qu’il garde encore en dépit de sa nomination à la tête du gouvernement en février 2022, Félix Moloua a, durant toutes ces années, travaillé avec les partenaires financiers du pays, notamment l’Union européenne et la banque mondial à travers le plan de relèvement et de consolidation de la paix en Centrafrique (RCPCA), un cadre de dialogue avec bailleurs ayant permis au gouvernement de répondre aux attentes de la population.

Aujourd’hui, une rupture avec ces partenaires s’installe du fait de la tension diplomatie. Alors, va-t-il réussir à mobiliser davantage des bailleurs pour permettre de réussir la mission que le président de la République lui a confiée ?

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here