après le coup d’État constitutionnel, le pouvoir de Bangui planifie l’assassinat de ses opposants

3
après le coup d’État constitutionnel, le pouvoir de Bangui planifie l’assassinat de ses opposants
après le coup d’État constitutionnel, le pouvoir de Bangui planifie l’assassinat de ses opposants

Africa-Press – CentrAfricaine. Le pouvoir de Bangui, aux abois depuis l’invalidation de son projet du troisième mandat par la cour constitutionnelle, agit désormais dans tous les sens. Il devient subitement brutal et violent contre tous ceux qui tentent de s’opposer à lui. Du coup d’État constitutionnel à la pression judiciaire, le pouvoir de Bangui planifie désormais l’assassinat de ses opposants légalement constitués. C’est ce qu’affirme le coordonnateur du BRDC, maître Crépin Mboli-Goumba. Dans un post publié dimanche sur la messagerie sociale WhatsApp, l’opposant alerte l’opinion nationale et internationale sur le projet de son assassinat planifié par le pouvoir de Bangui.
Le pouvoir de Bangui planifie l’assassinat de ses opposants

Selon l’opposant Crépin Mboli-Goumba, une réunion avait eu lieu la semaine dernière au Palais de la renaissance à Bangui avant le départ de la délégation officielle pour la ville de Bouar, où la journée mondiale de l’alimentation avait été célébrée samedi 12 novembre 2022. Lors de ladite réunion, deux équipes auraient été mises en place : l’une pour des représailles économiques contre lui, et l’autre pour sa liquidation physique. Les deux équipes doivent se réunir lundi 14 novembre 2022 à Boali.

D’après l’opposant Crépin Mboli-Goumba interrogé par CNC, La première équipe est sous la direction du ministre Feizoure. Il est chargé avec son équipe de lui mener une guerre économique en utilisant tous les services de l’État.

Cependant, l’équipe chargée de liquider physiquement maître Crépin Mboli-Goumba, coordonnateur du bloc républicain pour la défense de la constitution (BRDC) serait dirigée par Laoule et Wenezoui.

L’idée de sa liquidation physique serait venue de Kokaté. Il l’a d’abord exprimée sur la plateforme de messagerie WhatsApp du Palais de la Renaissance. Ce n’est qu’après que cette idée a été mise en branle. Il faut savoir que les partisans de la solution finale sont Kokaté, Wenezoui, Laoule, Feizouré et Konzi Mongo.

Pour l’opposant, toutes les captures d’écran vont être remises aux ambassades et au bureau de la CPI pour une éventuelle poursuite judiciaire.

La Source: Corbeau News Centrafrique

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here