CPI, l’ex-chef de la Séléka Mahamat Said Abdel Kani accusé d’avoir torturé des détenus dans un trou

3
Centrafrique : CPI, l'ex-chef de la Séléka Mahamat Said Abdel Kani accusé d'avoir torturé des détenus dans un trou
Centrafrique : CPI, l'ex-chef de la Séléka Mahamat Said Abdel Kani accusé d'avoir torturé des détenus dans un trou

Africa-PressCentrAfricaineL’ex-commandant rebelle de République centrafricaine Mahamat Said Abdel Kani, est accusé de torture et de persécution sur des dizaines de personnes.

Mahamat Said Abdel Kani, 51 ans, un commandant présumé de la coalition rebelle à dominante musulmane Séléka, est accusé d’avoir dirigé deux centres de détention pendant le conflit.

Selon l’accusation, il aurait enfermé dans un trou sous son bureau des détenus et les a torturés jusqu’à ce qu’ils supplient d’être tués.

L’accusation a montré pendant une audience la photo de la cellule sous terre surnommée « le trou », recouverte de planches en bois et d’un bureau.

« Au-dessus d’eux (les prisonniers) se trouvait M. Said, la zone au-dessus était son bureau”, a indiqué procureur général de la CPI, Karim Khan.Littéralement debout sur leur tête, piétinant leur dignité, piétinant leurs droits, il ne peut pas plaider l’ignorance”, a-t-il poursuivi.

Les prisonniers étaient menottés pendant des semaines et ont été soumis à de fausses noyades et obligés de porter des cagoules remplies de poivre, selon l’accusation.

Agé de 51 ans , M. Said avait été remis en janvier par les autorités de Bangui à la CPI, sur la base d’un mandat d’arrêt délivré par l’un des juges de la juridiction en 2019.

Deux anciens chefs de guerre centrafricains, Patrice-Edouard Ngaïssona et Alfred Yekatom, qui dirigeaient des milices anti-balaka – majoritairement chrétiennes et animistes, fondées par M. Bozizé pour lutter contre la Séléka sont actuellement jugés par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here