La duplicité de la Russie en discours anti-colonialiste et pratiques coloniales

7
La duplicité de la Russie en discours anti-colonialiste et pratiques coloniales
La duplicité de la Russie en discours anti-colonialiste et pratiques coloniales

Africa-Press – CentrAfricaine. Le régime de Faustin-Archange Touadéra, soutenu par les mercenaires russes du groupe Wagner, perpétue une domination brutale sur la Centrafrique. Tandis que Moscou prône un discours anti-colonialiste, ses actions sur le terrain dépassent largement les méthodes des anciennes puissances coloniales. La violence et la répression sont omniprésentes, imposant une terreur sans précédent sur le peuple centrafricain.
Aujourd’hui, la Centrafrique est soumise à une nouvelle forme de colonisation. Après des décennies de domination française, le pays est maintenant sous l’emprise des mercenaires russes du groupe Wagner. Ces derniers, soutenant le régime de Faustin-Archange Touadéra, ont instauré un climat de terreur et de violence. Les Centrafricains vivent dans la peur constante, leur pays en lambeaux, sous la pression et les menaces incessantes des forces de Wagner.

Cette situation rappelle l’importance de leaders visionnaires et résistants pour sortir le pays de ce chaos.
« Seul un homme qui ne se courbe pas peut mener un peuple à sa liberté », pourrait-on ajouter, reflétant le besoin de figures courageuses et déterminées. Malheureusement, la réalité actuelle montre une population intimidée et réduite au silence, même lors des rassemblements publics et pacifique.

L’implication russe en Centrafrique se présente comme une néocolonisation brutale, sous couvert d’un discours anti-colonialiste. Moscou, tout en critiquant les anciennes puissances coloniales, impose sa propre domination à travers des méthodes oppressives et violentes. Cette duplicité est particulièrement cruelle pour un peuple qui aspire à la liberté et à la paix.

Touadéra lui-même, conscient de la situation, sait pertinemment qui sont les véritables patriotes et qui sont les opportunistes. Les Centrafricains fidèles et déterminés méritent le soutien et la reconnaissance pour leur résistance. Pourtant, les pressions et la violence orchestrées par Wagner continuent de semer la peur, entravant toute tentative de changement.

En résumé, le peuple centrafricain a besoin de leaders courageux, ceux qui, comme Churchill l’a dit, ne plient pas, ne s’agenouillent pas, ne se soumettent pas. La résistance contre cette néocolonisation russe est essentielle pour retrouver la liberté et la dignité nationales.

En ces temps difficiles, les Centrafricains doivent se rappeler que la liberté est un combat continu, nécessitant force et persévérance.

Source: Corbeau News

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here