LA PROSTITUTION DES DÉPUTÉS, MÉTHODE DU RÉGIME DE TOUADERA

3
LA PROSTITUTION DES DÉPUTÉS, MÉTHODE DU RÉGIME DE TOUADERA
LA PROSTITUTION DES DÉPUTÉS, MÉTHODE DU RÉGIME DE TOUADERA

Africa-PressCentrAfricaine Après la proclamation des résultats des élections législatives par la Cour Constitutionnelle le 19 avril 2021, nous avons pu avoir un aperçu de la structure politique de l’assemblée nationale. A l’issue de ces résultats, le MCU, parti au pouvoir, a pu avoir 23 députés élus et 25 autres qualifiés au second tour. Sachant qu’il y a 140 sièges à l’assemblée nationale, on devine tout de suite que le régime de TOUADERA n’aura pas la majorité des sièges à l’assemblée nationale.

Comme à son habitude depuis le premier mandat de TOUADERA, le MCU a décidé une fois de plus de recourir au débauchage des députés indépendants. La même stratégie d’achat de députés est utilisée avec les députés des autres partis politiques.

Selon notre enquête, au moins 20 députés (indépendants et partis politiques) ont déjà été achetés par le MCU. La transaction prévoit une somme de 2 millions de FCFA tout de suite et 2,5 millions supplémentaires à la signature de l’adhésion au MCU lors d’une rencontre qui aura lieu dans les prochains jours à Bangui. Il y a donc une somme de 4.5 millions octroyée à tout député qui accepte de se prostituer auprès du MCU.

90 millions de FCFA ont donc été nécessaires pour les 20 députés déjà achetés. Cet argent issu des ressources de l’Etat aurait pu servir à l’achat de bonbonnes d’oxygène qui manquent cruellement dans nos hôpitaux en ces temps de COVID afin de sauver des dizaines de vies. Cet argent aurait pu servir à la construction de forages afin de fournir de l’eau potable à des centaines de familles centrafricaines. Cet argent public aurait aussi pu servir à l’achat de générateurs de secours à l’Enerca pour faire face aux problèmes d’électricité que Bangui subit actuellement.

Cet argent issu des ressources de l’Etat aurait encore pu servir à la construction d’écoles ou de dispensaires. Malheureusement, tout porte à croire que ce régime ne se préoccupe pas des problèmes des centrafricains mais préfère plutôt investir pour ses intérêts selon de vils calculs politiciens.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here