le passage d’Emile Parfait Simb à Bangui crée la polémique

5
le passage d’Emile Parfait Simb à Bangui crée la polémique
le passage d’Emile Parfait Simb à Bangui crée la polémique

Africa-Press – CentrAfricaine. La visite de l’homme d’affaires camerounais Emile Parfait Simb à Bangui, où il a participé à une levée de fonds pour l’Assemblée nationale et où il s’est montré proche du président de l’institution, crée la polémique.

Ce spécialiste des cryptomonnaies s’est fait connaître en Afrique centrale pour ses produits financiers considérés comme frauduleux. Son entreprise Global Investment Trading est pointée du doigt par la commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale.

L’organisme régional assure ne pas lui avoir délivré les agréments et dénonce ses « campagnes frauduleuses de collecte de fonds et de placements » illégaux contre des promesses de rendements défiant toute concurrence la société camerounaise est aussi dans le radar de l’organe de régulation de l’Union monétaire ouest-africaine pour des raisons similaires.

Emile Parfait Simb a fait ce déplacement à Bangui il y a moins de deux semaines pour participer à une levée de fonds : 140 millions de FCFA réunis pour construire une annexe à l’Assemblée nationale.

Et pour fêter les quatre ans de son produit financier phare le Liyeplimal. Pour la soirée de gala, Emile Parfait Simb a même fait venir la star de la roumba congolaise, Koffi Olomide.

Sur des photos largement relayées et commentées sur les réseaux sociaux, le président de l’Assemblée nationale centrafricain distribue des billets au chanteur congolais… Lors d’une cérémonie, Simplice Mathieu Sarandji, président de l’Assemblée nationale, s’est dit « séduit » par la participation de l’homme d’affaires camerounais.

Mais la polémique persiste à Bangui. Les commentateurs de la vie politique centrafricaine se questionnent sur l’opportunité de ce rapprochement entre l’homme d’affaires camerounais et les autorités de Bangui.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here