Le soutien de la Russie permettra à Touadéra de réprimer l’opposition et d’éviter la conciliation avec les rebelles.

3
Le soutien de la Russie permettra à Touadéra de réprimer l’opposition et d’éviter la conciliation avec les rebelles.
Le soutien de la Russie permettra à Touadéra de réprimer l’opposition et d’éviter la conciliation avec les rebelles.

Africa-Press – CentrAfricaine. Les élections contestées de l’année dernière, qui ont donné l’occasion aux mercenaires du groupe Wagner, lié à l’État russe, d’affirmer leur influence sur la politique en République centrafricaine, jetteront une ombre sur 2022. Elles ont contribué à sécuriser Bangui et d’autres villes contre l’opposition armée mal organisée et a permis à Faustin-Archange Touadéra d’être réélu Président, mais dans des conditions discutables (AC Vol 62 n°2, Victoire sous un nuage).

L’Union européenne, la France, les États-Unis et les casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) ont avalé l’élection truquée de Touadéra, comme une option plus facile que de renouer avec les groupes armés et l’ancien toujours ambitieux Président François Bozizé (AC Vol 61 No 15, Choc des dirigeants). Ce qui a suivi a montré un échec politique de la part des responsables occidentaux : les victoires de Wagner étaient responsables de meurtres de Gbaya et de Peulh (ou Peul), simplement parce qu’ils sont ethniquement liés à Bozizé ou à la coalition des principaux groupes armés, l’Unité pour la paix en Centrafrique.

Malgré de nombreuses victoires, la situation militaire reste incertaine, car les mercenaires de Wagner n’ont aucun soutien aérien et manquent de troupes pour étendre leur contrôle sur un territoire vaste et peu peuplé. L’utilisation généralisée des mines terrestres par toutes les parties a fait un grand nombre de morts parmi les civils et a gravement entravé les déplacements à travers le pays. La Minusca, alliée de Touadéra depuis des années, est devenue la cible de manifestations hostiles à Bangui à partir de mars 2021, après que ses experts aient dénoncé les violations des droits humains commises par des agents de Wagner.

En 2021, les préoccupations internationales concernant la RCA sont passées d’une focalisation sur la politique intérieure (par exemple, si le gouvernement tenait ses promesses ou sur les menaces aux droits humains posées par les milices Requin de Touadéra) à des inquiétudes géopolitiques concernant le rôle de la Russie en Afrique. Cela a soulagé de nombreuses pratiques douteuses de Touadéra, mais a souligné les conséquences de sa coopération avec Wagner (AC Vol 62 No 19, l’inclinaison de Moscou pose des risques).

Touadéra a refusé de reconnaître le mauvais comportement de ses alliés russes et a surtout perdu le soutien financier de l’UE et de la Banque mondiale. La Banque a eu du mal à avaler la reprise des douanes centrafricaines en mai par une équipe russe dirigée par quelqu’un qui avait déjà été condamné en Russie pour violation de la réglementation douanière. Le contrat a été résilié en octobre. La France a suspendu son soutien budgétaire vital en juin et a poussé d’autres donateurs à faire de même. En conséquence, la RCA ne parviendra pas à payer les salaires ou les retraites de la fonction publique en 2022, créant plus de tensions sociales à Bangui. La perte du soutien français et européen a accru les divisions au sein de l’armée, où les soldats voient les promotions dictées par des considérations ethniques et des liens avec Touadéra ou les Russes, plutôt que sur le mérite.

Les chances de Touadéra de tenir son engagement de lancer un dialogue national semblent minces, étant donné sa réticence à accueillir une véritable opposition politique civile. Il a fait pression et soudoyé la Cour constitutionnelle et le système judiciaire plus largement pour coincer des opposants de premier plan tels que l’ancien président Karim Meckassoua, qui a fui le pays en août après avoir été destitué et démis de ses fonctions pour trahison.

En 2021, le président angolais João Lourenço, au nom de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs, a tenté une médiation entre Touadéra et les groupes armés. Touadéra a rencontré Lourenço en Angola et une délégation angolaise s’est rendue au Tchad pour s’entretenir avec les groupes armés. Ces pourparlers ont conduit les rebelles à réduire leurs attaques, mais l’intransigeance de Bozizé bloque de nouveaux progrès. En l’absence de propositions concrètes de Touadéra, les attaques rebelles devraient se multiplier en 2022. Cela se produira bien que le président ait signé l’accord de paix de Khartoum avec les rebelles en 2019. L’accord était censé avoir conduit à la création d’unités spéciales de sécurité mixtes,

Dans lesquelles les rebelles et les soldats centrafricains serviraient, et il prévoyait également une plus grande représentation des rebelles au gouvernement. Le non-respect par Touadéra de ses engagements devrait conduire l’Angola à renoncer à ses tentatives de médiation. La mise en œuvre strictement limitée de l’accord de paix de Khartoum a incité les rebelles à lancer une nouvelle campagne militaire à partir de décembre 2020.

Sous les conseillers russes, le régime devient plus autoritaire.

Les élections locales, généreusement financées par les donateurs, sont devenues le principal moyen de construire le parti présidentiel dans les grandes villes, où les ailes jeunesse sont utilisées comme milices pour intimider l’opposition civile. Les nouvelles administrations locales sont tout aussi prédatrices que l’État central l’a été par le passé.

A Bangui même, l’ambassadeur russe nouvellement nommé est aujourd’hui essentiellement un agent de relations publiques, essayant de nettoyer le gâchis créé par les déclarations de son prédécesseur contre l’opposition civile et de garder sous contrôle les mercenaires de Wagner lorsqu’ils sont dans la capitale. Mais cela change peu – les mercenaires n’ont pas changé leur mode opératoire à la campagne.

La RCA est utilisée par Moscou comme une illustration de ce qu’une alliance avec la Russie pourrait apporter aux dirigeants de n’importe quel pays africain : sécurité pour le régime, protection diplomatique au Conseil de sécurité de l’ONU et enrichissement personnel pour ses principaux membres et leurs proches. Touadéra s’efforce de manier un cabinet divisé sur la politique envers la Russie. Les

Conseillers poussent au remplacement du Premier ministre Henri-Marie Dondra, ce qui serait perçu comme une radicalisation du régime, à l’heure où ses caisses sont vides. Pendant ce temps, la RCA s’écarte davantage des recommandations des institutions de Bretton Woods avec certaines réformes, notamment l’exigence que tous les diamants soient achetés par une entreprise publique – une mesure visant à aider à payer les mercenaires de Wagner.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here