un brouteur ouest-africain  nommé conseiller au ministère de la Jeunesse et des Sports

1
un brouteur ouest-africain  nommé conseiller au ministère de la Jeunesse et des Sports
un brouteur ouest-africain  nommé conseiller au ministère de la Jeunesse et des Sports

Africa-Press – CentrAfricaine. africain opérant sur les réseaux sociaux a été nommé en République centrafricaine comme conseiller spécial au ministère de la Jeunesse et des Sports. L’homme est connu sous le nom de Harouna Douamba. Il a été nommé par un arrêté ministériel sur instruction de la présidence de la République.

Décidément, la Centrafrique creuse le fond avec la bêtise de ses propres enfants et les autorités considèrent le ministère de la Jeunesse et des Sports comme un fourretout. Après la nomination par un décret présidentiel d’un criminel à la place d’un faux-monnayeur à la direction de cabinet, c’est maintenant le tour d’un Brouteur ouest – africain d’être nommé à son tour conseiller spécial du ministre de la Jeunesse et des Sports par un arrêté ministériel, sur instruction, sans doute, du chef de l’État Faustin Archange Touadera. Comme disait dans la capitale centrafricaine, « la mangeoire rend fou… Si tu veux manger… Entre dans le système MCU, tais-toi et l’on te donne à manger. Si tu choisis de rester hors du MCU, prépare-toi à marcher dans le désert pour affronter la tempête et recevoir toutes les humiliations dignes ce nom ». C’est exactement le cas avec ces criminels nommés au ministère de la Jeunesse et des Sports. Ce sont tous des militants et cadres du mouvement de la jeunesse du parti au pouvoir MCU.

Monsieur Douamba, né au Burkina Faso et élevé en Côte d’Ivoire, est surtout connu pour ses activités de broutage sur internet. Il ne rate aucune opportunité pour s’enrichir au détriment de la République centrafricaine et des Centrafricains. Ce n’est pas la première fois qu’il s’immisce dans les affaires internes d’un État souverain pour son propre intérêt criminel.

Au printemps 2021, il était déjà au cœur d’un scandale de fake news orchestré par son ONG fictive « Aimons Notre Afrique ». Pour rappel, un vaste réseau de faux comptes Facebook avait été créé autour de cette pseudo-ONG panafricaniste et son agence de communication, ANA-COM. En mai 2021, Facebook annonçait ainsi la suppression de 32 pages et 46 profils, tous liés à Monsieur Douamba en Centrafrique. On apprend alors que ses comptes, dont de nombreux médias fictifs, conduisaient des campagnes de désinformation à grande échelle, afin notamment de promouvoir la Russie.

C’est encore lui qui, à plusieurs reprises depuis 2017, avait organisé des campagnes de désinformation contre la MINUSCA, en l’accusant notamment, sans aucune preuve, d’avoir livré des armes et des munitions aux groupes armés au pk5 à Bangui et dans le nord-est du pays. Il semble que ces activités plus que douteuses apportent leur lot d’avantages.

Rappelons en effet que M. Douamba occupe un logement de luxe sur l’avenue Barthélemy Boganda dont le loyer mensuel s’élève à 1,5 million de francs CFA et payé par le trésor public, c’est-à-dire par les Centrafricains. Mais en août dernier, le collectif des Journalistes protectionnistes et engagés de Centrafrique (JPEC) a tenu une conférence de presse pour dénoncer les malversations du faux panafricaniste Harouna Douamba.

Entre autres choses, les journalistes centrafricains reprochent à Monsieur Douamba des abus d’autorité sur les médias du pays, sur les forces de l’ordre et même sur les autorités judiciaires. Parmi ses détracteurs, Johnny Yannick Nalimo, ancien proche collaborateur de Douamba. Ce dernier l’avait personnellement nommé représentant national pour la RCA de l’ONG qu’il dirige, « Aimons Notre Afrique », en 2018. Aujourd’hui, M. Nalimo veut alerter sur la vraie nature d’un homme dont il a été l’une des victimes : un homme qui au nom d’une éthique panafricaniste pervertie, monnaye ses services au plus offrant.

Mais le 8 novembre dernier, les Centrafricains ont été surpris de voir le tristement célèbre Brouteur ouest – africain Harouna Douamba nommé au poste de conseiller spécial du ministre de la Jeunesse et des Sports. Une sorte de remerciement du pouvoir en quelque sorte.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here