certains sinistrés des inondations déplorent un manque de l’aide humanitaire

12
certains sinistrés des inondations déplorent un manque de l’aide humanitaire
certains sinistrés des inondations déplorent un manque de l’aide humanitaire

Africa-Press – CentrAfricaine. Les récentes inondations suite à la pluie diluvienne du vendredi dernier, ont laissé plusieurs familles dans une situation extrêmement désastreuse à cause de l’écoulement de leur habitation. L’aide d’urgence humanitaire pour tous sans exception s’impose face à cette catastrophe naturelle qui a frappé la République centrafricaine, si bien que certains sinistrés crient à une aide humanitaire.

Cette énième catastrophe liée à la pluie torrentielle qui s’abattait sur la capitale Bangui le vendredi dernier, engage vraisemblablement la responsabilité régalienne du gouvernement, mais elle ne devrait aussi laisser personne indifférente.

Du 6ème arrondissement de la ville de Bangui, au 5ème en passant par le 4ème voire Bimbo, Bégoua et autres localités, plusieurs familles ont été affectées par les dégâts causés cette pluie.

Certaines familles se sont vues dans l’obligation d’élire domicile dans des établissements de la place, d’autres ont occupé plusieurs camps de fortune, dont elles passent les nuits à ciel ouvert à l’abri de tout danger sanitaire supplémentaire. Certaines de ces familles sinistrées situées dans le 5ème arrondissement de la ville de Bangui dont la rédaction de NdjoniSango a rencontré, affirment attendre encore l’aide humanitaire qui tarde à venir.

« Ma maison s’est écroulée pendant qu’il pleuvait encore. J’ai tout perdu mes bagages et je me suis retrouvé les mains vides et, avec les enfants sous un hangar de fortune. Pour le moment où je vous parle, je ne sais comment faire pour rebâtir ma maison car je n’ai pas de moyen à l’heure actuelle où je vous parle. Si le gouvernement ne pense pas à nous, alors c’est le comble »

, explique Antoine Endjimalet, un père de famille sinistré du quartier Gbakondja, dans le 5ème arrondissement de Bangui.

Cette situation est la même dans les 6ème et 2ème arrondissements dont les familles sinistrées crient au secours au gouvernement et aux organisations humanitaires internationale et nationale, de leur apporter une assistance pouvant leur permettre de retrouver le sourire. Car, selon certains chefs de familles sinistrés qui se sont confiés à nous, leurs maisons ont été totalement écroulées, et qu’ils n’ont pas d’espoir en ce moment.

Le gouvernement et certains partenaires humanitaires étaient au chevet de certaines familles sinistrées de plusieurs secteurs, dès le lendemain de ces inondations. Et comme il n’y a pas un sans deux et trois, il se pourrait que ces actions humanitaires déclenchées par le gouvernement et ses partenaires se poursuivent encore, afin d’atteindre familles sinistrées qui semblent laisser pour compte.

Pour certains observateurs de la vie sociopolitique, il ne suffit pas pour le gouvernement d’apporter à ces personnes affectées, l’assistance humanitaire modestement, mais de voir comment mettre en place un vaste programme qui puisse prendre en compte le plus rapidement possible, les besoins réels et urgents de ces personnes sinistrées.

Le gouvernement doit prendre à bras-le-corps cette situation, afin d’éviter les mêmes erreurs qui s’étaient produites en 2019, dont certaines familles continuent de pâtir encore les conséquences.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here