des voyageurs soulagés par la reprise de la navigation un mois après le naufrage d’une baleinière

5
des voyageurs soulagés par la reprise de la navigation un mois après le naufrage d'une baleinière
des voyageurs soulagés par la reprise de la navigation un mois après le naufrage d'une baleinière

Africa-Press – CentrAfricaine. En Centrafrique, le ministère des Transports autorise la navigation d’une dizaine d’embarcations, sur les voies navigables du pays, après le naufrage de l’une d’entre elles le 19 avril qui avait causé la mort de plusieurs dizaines de personnes. Le gouvernement avait temporairement interdit les activités des baleinières après ce drame. Cette reprise de la navigation constitue un soulagement pour des centaines de voyageurs bloqués depuis trois semaines dans les ports du pays. Reportage.

Ce matin, une baleinière de 20 mètres sur 5 est à l’eau. Une quarantaine d’hommes et femmes, dont quelques-uns avec des enfants sur les épaules, montent à bord. Leur but: gagner la ville de Mobaye au sud-est du pays.

Stalone est un commerçant. « Ça fait plaisir de voir les forces navales et les policiers qui réglementent désormais la navigation, lance-t-il. Leur présence rassure les populations et notamment nous, les commerçants, afin d’exercer notre activité sur l’eau en toute sécurité ».

« Je ne pouvais pas rentrer à cause de cette mesure et j’ai beaucoup souffert »

C’est également une délivrance pour certaines familles bloquées au port depuis un mois. Magalie est impatiente de revoir ses enfants. « Je suis commerçante et j’étais venu Bangui pour vendre mes marchandises, explique-t-elle. Dieu merci, j’avais tout vendu. Mais je ne pouvais pas rentrer à cause de cette mesure. C’était difficile et j’ai beaucoup souffert. Maintenant, j’ai hâte de rentrer auprès de ma famille ».

Dans les différents ports de la capitale, les contrôles techniques sont stricts. L’état des baleinières et le nombre des passagers sont contrôlés par les inspecteurs. Joachin Bigué est le président du comité d’inspection des baleinières. « On a constaté que, oui, il y a certaines baleinières qui répondent aux normes et que d’autres ont encore des défaillances, affirme-t-il. Nous allons les autoriser au fur et à mesure de notre avancée ».

C’est depuis une semaine que les baleinières et menues embarcations en règles ont repris service sur les voies navigables de la République centrafricaine.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here