Réfugiés en la solidarité face aux défis de l’exil

5
Réfugiés en la solidarité face aux défis de l’exil
Réfugiés en la solidarité face aux défis de l’exil

Africa-Press – CentrAfricaine. Le jeudi 20 juin dernier, la Centrafrique célèbre la Journée mondiale des réfugiés en soulignant les défis rencontrés par les déplacés soudanais et tchadiens. À Bria et Bétoko, les réfugiés témoignent de leur lutte pour survivre dans des conditions difficiles, malgré le soutien des Nations unies et des ONG internationales et nationales.

En République centrafricaine, des milliers de réfugiés fuient les conflits armés. À Bria, dans la Haute-Kotto, 268 réfugiés soudanais sont officiellement enregistrés selon le UNHCR, bien que des élus locaux évoquent plus de 7000 réfugiés dans la ville. Ces réfugiés vivent souvent dans des conditions précaires, malgré l’aide du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Parmi eux, Abdel Bassid, arrivé en décembre 2023, a fui la guerre au Soudan et réside dans le quartier Bornou, à Bria. Il explique les difficultés rencontrées, notamment la malnutrition de ses enfants et les conditions de logement déplorables. Il appelle à l’aide du gouvernement et du HCR.

Une autre réfugiée soudanaise enceinte, résidant également à Bria, raconte son périple à pied et en véhicule pour atteindre la ville, demandant une assistance humanitaire pour subvenir à ses besoins et ceux de sa famille.

Le bureau local du UNHCR multiplie les actions de soutien, organisant récemment une marche pacifique et une table ronde pour favoriser l’intégration socio-économique des réfugiés soudanais dans la Haute-Coteau. Raisa Dati, chargée de la protection au UNHCR, souligne l’importance de la collaboration avec les autorités locales pour assurer une protection durable.

Pendant ce temps, à Bétoko, dans Lim-Pendé, au nord-ouest de la RCA, la Journée mondiale des réfugiés a également été célébrée le 20 juin dernier. Le camp de réfugiés de Bétoko, situé à 45 km de Paoua dans la commune rurale de Mia-Pende, a accueilli 3000 réfugiés tchadiens. La cérémonie s’est déroulée en présence des autorités locales, de responsables des Nations unies, d’ONG nationales et internationales, ainsi que de représentants de différentes couches sociales.

Athanase Jocelyn Feiganangai, chef de bureau de la Commission nationale des réfugiés (CNR), a pris la parole, suivi de Mbaihorounom Natoyom Esdras, réfugié, qui a remercié les acteurs humanitaires pour leur soutien. Antoine Souroungba, chef de bureau du UNHCR à Paoua, a rappelé que cette journée est célébrée au-delà de Paoua, et a annoncé la visite prochaine du ministre de l’intérieur, du représentant du UNHCR et du secrétaire général de la CNR pour la remise de cartes de réfugiés.

Source: Corbeau News

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here