Steve Jobs : un homme entièrement à part et à part entière

2
Steve Jobs : un homme entièrement à part et à part entière
Steve Jobs : un homme entièrement à part et à part entière

Africa-PressCentrAfricaine. Steve Jobs était un dirigeant unique en son genre, charismatique et singulier. Dix ans après la mort du cofondateur d’Apple, décédé d’un cancer à l’âge de 56 ans, voici quelques-uns des traits de caractère qui ont fait de lui le chef d’entreprise le plus médiatisé au monde.

Steve Jobs n’était pas un fan des études de marché. Il a notamment déclaré : “vous ne pouvez pas demander aux clients ce qu’ils veulent et essayer de le leur donner. Le temps que vous le construisiez, ils voudront quelque chose de nouveau.”

Au lieu de cela, il se fiait à son propre instinct pour affiner les technologies existantes, développer de nouveaux produits et les conditionner de manière à ce que les gens aient envie de les utiliser.

Avant l’apparition de l’iPod en 2001, les lecteurs de musique MP3 suscitaient relativement peu d’intérêt. Les produits qui existaient étaient encombrants, souvent difficiles à utiliser et achetés en grande partie par des amateurs de technologie de la première heure.

Les gadgets tels que l’iPod, l’iPhone et l’iPad étaient si attrayants que le public les a rapidement adoptés. Cela est dû, en grande partie, aux talents de vendeur de Steve Jobs, qui expliquait ses produits de manière simple et compréhensible pour tous.

Steve Jobs savait comment travailler avec une foule. Il savait susciter l’enthousiasme autour de technologies qui, parfois, n’étaient ni nouvelles ni en train de changer le monde.

Lors du lancement de l’iPad 2, une grande partie de sa présentation a été consacrée à la “couverture intelligente” de l’appareil – un carré de vinyle avec des charnières magnétiques. Pourtant, elle a bénéficié d’une importante couverture médiatique.

Même les journalistes chevronnés n’étaient pas à l’abri, et beaucoup ont constaté qu’il leur fallait plusieurs heures de récupération pour donner un sens complet aux annonces.

Le phénomène a été baptisé “champ de distorsion de la réalité”.

Au cours de la dernière décennie, Steve Jobs a presque toujours porté la même tenue.

De haut en bas, il s’agissait d’un pull noir St. Croix à col roulé, d’un jean bleu Levi’s 501 et de baskets New Balance 991.

Ces articles reflètent peut-être ses goûts minimalistes, ou son goût pour l’image de marque personnelle et d’entreprise.

Malgré son choix de vêtements reconnaissables, il aurait dit à ses amis qu’il ne se souciait pas de son apparence.

Cela n’a pas toujours été le cas. Au cours des années 1980, il faisait régulièrement des apparitions publiques dans des costumes italiens voyants, et était même connu pour porter un nœud papillon coloré.

Son apparence distinctive a souvent été parodiée par les humoristes.

Apple est si secrète que l’on sait peu de choses sur ses processus de conception internes. Cependant, des histoires se répandent, et beaucoup d’entre elles témoignent de l’attention fanatique que Steve Jobs portait aux détails.

Un ancien cadre de Google a raconté que sa société s’était associée à Apple pour intégrer Google Maps à l’iPhone.

Il a reçu un appel personnel de Steve Jobs un week-end, exprimant son mécontentement quant au fait que la deuxième lettre “o” n’était pas de la bonne nuance de jaune.

Si le designer britannique Jonathan Ive est responsable de l’apparence générale de produits tels que l’iMac, l’iPod et l’iPhone, de nombreux brevets de la société portent à la fois son nom et celui de Steve Jobs.

Steve Jobs était sans aucun doute un produit de la contre-culture californienne des années 1960 et 1970.

Dans sa jeunesse, il s’est rendu en Inde pour séjourner dans un ashram. La philosophie orientale continuera à faire partie de sa vie, et il restera bouddhiste jusqu’à la fin de ses jours.

M. Jobs a également admis avoir pris du LSD à la même époque. Il a qualifié cette expérience de “l’une des deux ou trois choses les plus importantes que j’ai faites dans ma vie”, selon le livre de John Markoff “What the dormouse said : How the sixties counterculture shaped the personal computer industry”

L’argent ne semblait guère compter pour Steve Jobs. Il a confié au Wall Street Journal : “être l’homme le plus riche du cimetière n’a aucune importance pour moi… Se coucher le soir en se disant que nous avons fait quelque chose de merveilleux… c’est ce qui compte pour moi.”

Mélomane

Les goûts musicaux de Steve Jobs étaient bien connus lors du lancement de ses produits.

Les singles et les albums défilaient régulièrement sur l’écran des nouveaux Mac ou iPhones.

Les Beatles et Bob Dylan étaient deux de ses artistes préférés. L’obtention des droits de vente de la musique des Fab Four sur iTunes est devenue une longue saga qui a finalement été résolue en novembre 2010.

Parmi les dix albums préférés de M. Jobs, répertoriés sur Ping, le service de musique sociale d’Apple, figurent également Kind of Blue de Miles Davis, American Beauty de The Grateful Dead et Who’s Next de The Who.

Il avait un lien plus personnel avec une icône musicale particulière, ayant brièvement fréquenté l’ex-petite amie de Dylan, la chanteuse Joan Baez.

Encore une chose…

Parfois, il faut garder le meilleur pour la fin. Steve Jobs le faisait régulièrement lors du lancement de produits.

Après avoir dévoilé une série de nouveaux gadgets, au moment où les invités s’apprêtaient à partir, il prononçait les mots désormais célèbres “Une dernière chose…”.

Ce faisant, il affichait toujours un sourire malicieux. Cela faisait partie de son génie de showman.

Parmi les “One more things” figuraient les appels vidéo FaceTime, le PowerBook G4 et l’iPod Touch.

En 2015, le successeur de M. Jobs, Tim Cook, a relancé la phrase pour le lancement de l’Apple Watch.

L’expression a ensuite fait l’objet d’une bataille juridique entre Apple et l’horloger suisse Swatch, qui a tenté d’enregistrer “One more thing” comme slogan marketing.

En mars 2021, un juge londonien a décidé qu’Apple ne pouvait pas empêcher Swatch de le faire.

Ainsi, un petit morceau du style unique de Steve Jobs continue de vivre – seulement avec une entreprise qu’il n’aurait certainement jamais choisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here