Musique classique : l’Orchestre symphonique des enfants de Brazzaville plus qu’applaudi

0
Musique classique : l’Orchestre symphonique des enfants de Brazzaville plus qu’applaudi
Musique classique : l’Orchestre symphonique des enfants de Brazzaville plus qu’applaudi

Africa-PressCongo Brazzaville. Les quarante-cinq enfants de l’Orchestre symphonique des enfants de Brazzaville (OSEB), dont l’âge varie entre 5 et 17 ans, ont livré un concert sur invitation dans la salle de la Maison russe, ex Centre culturel russe (CCR).

Ce concert qui a eu lieu en présence de Mme le conseiller à la Protection sociale du chef de l’État, Edith Laure Itoua ; du chargé d’affaires de l’ambassade d’Allemagne au Congo, Jonas Wiesenecker ; du directeur général de Airtel Congo, Gérard Lokossou ; du directeur Culture et tourisme à la mairie de Brazzaville, René Bobala s’inscrit dans le cadre de la clôture du quatrième atelier de formation, à l’orée de la fête nationale de l’indépendance du Congo.

L’OSEB est une structure musicale constituée de jeunes épris de musique et désireux de faire éclore leur passion, leur talent. Une innovation pour promouvoir la musique classique en général et symphonique en particulier en terre congolaise, et même partout dans le monde, en milieu juvénile. Ce concert s’est tenu en deux parties. La première a été constituée de six chansons suivantes : Dieu Tout-puissant de H. Arnera ; Prélude (Te Deun) de M.A. Charpentier ; Agneau de Dieu (Wiegenlied) de J. Brahms ; Menuet en sol majeur de L.V. Beethoven ; Va pensiero de G. Verdi ; Di Moninga (rumba congolaise) de L. Eyenga. Et la deuxième partie de cinq chansons ci-après : Ombra mai fu de G.F. Händel ; Andante-Allegretto Nr. 1 Allegro (six very easy pieces) de E. Elgar ; Jesu, Joy of Man’s Desiring-BMV147 de J.S. Bach ; Walzer Nr.2 de D. Shostakovich ; Mwana u dile-Mwana Nzesi des berceuses congolaises.

« La clôture d’un atelier, comme celui-ci, est donc pour nous synonymes d’arrêt momentané des activités de formation pour évaluer et présenter, à travers un concert et autres animations, les acquis accumulés durant toute la période de formation. Nous pensons que les enfants ont encore beaucoup appris lors de ce quatrième atelier où nous leur avons donné aussi la possibilité d’apprendre un deuxième instrument classique. Nous en avons aussi profité par rapport au bon niveau des enfants musiciens pour leur remettre des certificats de participation à l’atelier »

, a déclaré le maestro Josias N’Gahata, responsable de cet orchestre.

Des réactions après le concert

La directrice de la Maison russe, Maria Fakhrutdinova a félicité le maestro Josias N’Gahata pour cette brillante prestation avec les enfants. Ça été formidable, a-t-elle reconnu. Pour la directrice de la Maison russe, l’amitié et la collaboration de son institution avec le maestro ne date pas d’aujourd’hui. Josias N’Gahata a été choisi pour participer au « Programme de la jeunesse » à Moscou en 2015. Au cours de ce voyage il s’était inspiré de la musique classique russe. De retour au pays il a monté un orchestre symphonique au Congo. Avant de dire la générosité de son institution aux artistes congolais. « Nous sommes la Maison Russe à l’époque CCR, notre maison est toujours ouverte pour accompagner et donner espace aux musiciens et autres pour qu’ils aient la possibilité de s’exprimer. »

Madame le conseiller à la Protection sociale du chef de l’État, Edith Laure Itoua, a remarqué elle aussi l’évolution de l’OSEB. Les enfants dit-elle ont vraiment progressé dans leur apprentissage. « Ça fait plaisir de voir que les enfants ont évolué. Ils ont interprété la rumba congolaise à travers la chanson “Di Moninga”, c’était magnifique. Je suis contente de les voir. J’aime trop le maestro Josias N’Gahata parce que c’est quelqu’un qui est constant. Il fait des efforts, certes, avec beaucoup des difficultés, mais il est toujours là. Il continue sa petite route. Vu que ça évolue, bravo à lui et bravo aux enfants pour leur prestation. »

Le chargé d’affaires de l’ambassade d’Allemagne au Congo, Jonas Wiesenecker, a eu une fois encore le plaisir et l’opportunité de vivre quelques heures de musique symphonique après une longue pause suite à la situation pandémique de Covid-19. Pour lui, l’orchestre s’est beaucoup amélioré. Avant de réitérer que l’ambassade de l’Allemagne, principal partenaire qui soutient l’orchestre depuis 2018, continuera à le faire. En effet, en novembre 2017, l’ambassade d’Allemagne au Congo avait fait un don de quelques instruments et matériel de musique dont sept violons, deux altos, deux violoncelles, une contrebasse, deux flûtes traversières, un piano, vingt-deux pupitres.

L’une des parentes, Laure Matoumeni, a dit elle aussi sa joie de voir les enfants réaliser des prouesses. « Les enfants sont en train de faire des prouesses. Depuis le premier atelier jusqu’au quatrième aujourd’hui, je trouve qu’il y a des progrès. Mes enfants sont inscrits à l’OSEB depuis quatre ans. La première avait 10 ans à l’époque et jouait au piano. Aujourd’hui elle à 14 ans. La benjamine quant à elle, avait 7 ans et jouait au Violon. Aujourd’hui elle a 11 ans. C’est merveilleux, ce que fait le maestro Josias N’Gahata et son équipe, parce que voir des enfants de 5 ans jouer aux instruments symphoniques, ça sort un peu de l’ordinaire. »

Notons que le premier atelier de formation a été lancé depuis l’année 2018, avec l’appui de l’ambassade d’Allemagne au Congo. Pour le cinquième atelier qui pointe à l’horizon, le maestro Josias N’Gahata a invité les parents désireux d’inscrire leurs enfants à l’OSEB et la Chorale des enfants de Brazzaville, à le faire avant la prochaine rentrée scolaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here