Musique : Nina Wateko représentera le Congo au Fimad

1
Musique : Nina Wateko représentera le Congo au Fimad
Musique : Nina Wateko représentera le Congo au Fimad

Africa-Press – Congo Brazzaville. L’artiste musicienne Nina Wateko défendra les couleurs de la rumba congolaise, du 4 au 8 mai 2022, dans la capitale sénégalaise, lors de la première édition du Festival international des musiques et des arts de Dakar « Fimad ».

Pour la première édition du Fimad, plus de dix-huit pays seront représentés, entre autres, le Congo, la Centrafrique, le Gabon, le Cameroun, le Sénégal, la France, le Canada, le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Maroc, l’Haïti, le Burundi, le Cap-Vert et la Suède. Le Fimad sera une occasion de vivre pleinement la diversité culturelle africaine et d’ailleurs dans toute leur splendeur. Une croisée dont la musique, la danse, la scène professionnelle, la peinture, la sculpture feront l’actualité de ce grand rendez-vous. Aussi, des rencontres pédagogiques et de sensibilisation sur l’écologie et l’environnement seront à l’ordre du jour.

Après son exploit réalisé en novembre dernier lors du festival de la musique de wattrelos, en France, la jeune chanteuse congolaise, Nina Wateko, partagera cette fois-ci le podium avec des artistes tels que Guantanamera de Cuba, Leatitia zozambe de la Centrafrique, Mosayane du Cameroun et bien d’autres artistes. Par son style qui est un véritable cocktail de vibres explorant la diversité musicale du continent africain et international, associant l’afro-jazz, l’afro-beat, le bleus, la rumba folk et l’afro-gospel, la jeune artiste est devenue l’une des révélations de la musique congolaise qui, depuis la sortie de son EP « Obhembi le voyageur », s’est faite rapidement remarquer par le public.

L’artiste ne cesse de démontrer à la scène musicale qu’il faudrait désormais compter sur elle pour l’avenir. Elle a su déjà prendre la place dans l’espace musical congolais, faisant montre d’une volonté de fer et d’une grande intelligence. Un parcours plus mérité dans cet univers artistique congolais dominé par les hommes.

Par ailleurs, cette jeune artiste s’est révélée au grand public dans un groupe d’animation qui avait pour style le gospel. C’est en 2008 qu’elle intègre la chorale Saint Michel de la paroisse de Ouenzé et porte son expérience dans la chanson. En 2009, avec les amis, elles ont créé un groupe d’animation musicale « Les échos des anges » qui excellait dans les interprétations de tout genre.

De 2009 à 2012, elle a chanté dans la chorale de la marine nationale, puis dans la chorale Sainte Cécile de Boundji. C’est finalement en 2020 qu’elle a été sollicitée pour chanter et interpréter un titre en hommage à un parent où elle a enregistré un single intitulé « Hommage à Willy Pelle ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here