Candidature de Denis Sassou Nguesso – Pierre Moussa : « Le Congo a besoin d’un timonier »

9
Candidature de Denis Sassou Nguesso – Pierre Moussa : « Le Congo a besoin d’un timonier »
Candidature de Denis Sassou Nguesso – Pierre Moussa : « Le Congo a besoin d’un timonier »

Africa-PressCongo Brazzaville. À la veille de l’ouverture de la campagne électorale, le secrétaire général du parti au pouvoir revient sur les objectifs de son mandat à la tête de la formation et sur le soutien inconditionnel que celle-ci compte apporter à son candidat, le président Denis Sassou Nguesso.

Secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT) depuis décembre 2019, Pierre Moussa, 79 ans, reçoit dans les locaux flambant neufs du nouveau siège de la formation, qui doit être inauguré « courant 2021 ». Après avoir été ministre d’État de son pays puis président de la Commission de la Cemac (de 2012 à 2017), ce fidèle du président Denis Sassou Nguesso (DSN) a rempilé pour se mettre au service de son parti, afin de préparer la présidentielle du 21 mars prochain, pour laquelle il vient d’être nommé directeur de campagne de DSN.

Jeune Afrique : Nouveau secrétaire général, nouveau siège, peut-on aussi parler de nouveau PCT ?

Pierre Moussa :

Le cinquième congrès ordinaire tenu en décembre 2019 a émis un certain nombre d’orientations que le parti va tenter de mettre en œuvre durant les cinq années de mon mandat. Ces recommandations visent non pas à créer un nouveau PCT, mais à renforcer son action et son implantation nationale. Par exemple, le secrétariat permanent, qui comprenait douze membres, en compte désormais quinze, à la tête des départements, dont certains sont thématiques et chargés d’évaluer les politiques publiques de l’État dans des secteurs tels que le développement durable, l’éducation, les affaires sociales, la justice et la défense.

La situation au sein du PCT est-elle plus apaisée qu’elle ne l’était avant le scrutin de 2016 ?

Nous travaillons dans un cadre serein. Le dernier congrès a justement émis des recommandations fortes pour renforcer l’unité, l’harmonie, la cohésion et la discipline au sein du parti. Les conflits artificiels comme les conflits intergénérationnels sont à proscrire ; le PCT a autant besoin de l’expérience des anciens que de l’énergie de ses jeunes.

Diriez-vous que le parti est en ordre de marche derrière son leader, à la veille de l’ouverture de la campagne ?

Le PCT ainsi que les autres partis de la majorité présidentielle ont demandé à Denis Sassou Nguesso de se présenter à la prochaine présidentielle car, en cette période où la plupart des pays du monde sont agités par des vents contraires, la République du Congo a besoin, à son gouvernail, d’un timonier expérimenté et éprouvé. Le PCT et l’ensemble de la majorité ont investi le chef de l’État comme leur candidat, qu’ils soutiendront naturellement. Le PCT, dans son ensemble, œuvre donc à sa réélection.

Que pensez-vous de la polémique relative à la validité des fichiers électoraux ?

Le PCT accorde une importance cruciale à l’établissement de fichiers électoraux incontestables. En même temps, nous pensons qu’il est essentiel que le scrutin ait lieu dans les délais impartis par la Constitution.

Un fichier crédible pourrait être obtenu par l’une des méthodes suivantes : un recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) ; un recensement administratif spécial ; ou une révision des listes électorales à partir des matrices existantes, à l’élaboration desquelles toute la classe politique et la société civile ont participé – et sur la base desquelles les députés actuels, y compris ceux de l’opposition, ont été élus.

La révision des listes électorales est en cours De ces trois méthodes, seule la révision des listes électorales permet d’enregistrer à temps un corps électoral fiable dans les délais constitutionnels. Cette révision est actuellement en cours, avec la participation de toute la classe politique et de la société civile. La polémique que certains essaient de lancer est donc sans fondement.

Ces délais auraient pu être allongés par une période de transition, comme le proposait une partie de l’opposition…

Pour quelle raison transgresser les dispositions constitutionnelles de notre pays ? La possibilité d’avoir un corps électoral crédible a été démontrée. Les institutions fonctionnent normalement.

Quelle doit être la priorité du prochain quinquennat ?

Poursuivre la lutte contre la pandémie, et redresser l’économie par la diversification et la promotion du capital humain. Et le PCT s’inscrit entièrement dans ce vaste projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here