Lutte Contre les Changements Climatiques : le Monde Atteindra-T-Il L’Odd 13 D’Ici à 2030 ?

5
Lutte Contre les Changements Climatiques : le Monde Atteindra-T-Il L’Odd 13 D’Ici à 2030 ?
Lutte Contre les Changements Climatiques : le Monde Atteindra-T-Il L’Odd 13 D’Ici à 2030 ?

Africa-Press – Congo Brazzaville. En septembre 2015, en parallèle de l’assemblée générale des Nations unies, 193 dirigeants de la planète s’étaient engagés sur 17 objectifs de développement durable (ODD) mondiaux afin d’atteindre trois super objectifs d’ici à 2030. Il s’agissait précisément de mettre fin à l’extrême pauvreté, lutter contre les inégalités et l’injustice et régler le problème crucial du dérèglement climatique.

Les ODD nous donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Ils répondent aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés. Ces objectifs sont interconnectés et, pour ne laisser personne de côté, il est important d’atteindre chacun d’entre eux, et chacune de leurs cibles, d’ici à 2030.

Mais parmi ces 17 ODD, un en particulier revêt une importance capitale. Il s’agit de l’objectif 13 qui concerne la lutte contre les changements climatiques qui affectent désormais tous les pays sur tous les continents. Cela perturbe les économies nationales et affecte des vies, coûte cher aux personnes, aux communautés et aux pays aujourd’hui et même plus demain. Les conditions météorologiques changent, le niveau de la mer monte, les phénomènes météorologiques deviennent plus extrêmes et les émissions de gaz à effet de serre sont maintenant à leur plus haut niveau de l’histoire. Sans action, la température moyenne à la surface du monde devrait dépasser les 3 degrés centigrades ce siècle. Les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables sont les plus touchées.

Des solutions abordables et évolutives sont désormais disponibles pour permettre aux pays de passer à des économies plus propres et plus résilientes. Le rythme du changement s’accélère à mesure que de plus en plus de personnes se tournent vers les énergies renouvelables et que d’autres mesures réduiront les émissions et intensifieront les efforts d’adaptation. Le changement climatique est toutefois un défi mondial qui ne respecte pas les frontières nationales. C’est un problème qui nécessite des solutions qui doivent être coordonnées au niveau international pour aider les pays en développement à évoluer vers une économie à faibles émissions de carbone.

Pour renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique, les pays ont adopté, lors de la COP21, l’Accord de Paris, entré en vigueur en novembre 2016. Dans cet accord, tous les pays ont convenu de limiter la hausse des températures à deux degrés centigrades. La mise en œuvre de l’Accord de Paris est essentielle à la réalisation des objectifs de développement durable et fournit une feuille de route pour les actions climatiques qui réduiront les émissions et renforceront la résilience climatique. En avril 2018, 175 parties avaient ratifié l’Accord de Paris et dix pays en développement avaient présenté leur première version de leurs plans nationaux d’adaptation pour faire face aux changements climatiques.

L’Afrique est le continent le plus vulnérable vis-à-vis des changements climatiques ; avec 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, elle se place plus dans une logique d’adaptation que dans celle de l’atténuation, avec néanmoins des capacités d’adaptation très limitées. Le changement climatique va aggraver la vulnérabilité de la population. Jusqu’à 2030, les coûts économiques du changement climatique en Afrique sont estimés de 1,5 à 3% du produit intérieur brut avec un besoin d’un minimum de 10 milliards de dollars par an pour le financement de l’adaptation. L’accès aux financements verts et aux technologies propres ainsi que le renforcement des capacités constituent également des défis majeurs pour le continent.

Par ailleurs, l’Afrique dispose d’un véritable potentiel d’énergies renouvelables (solaire, éolien, géothermie et hydraulique), jusqu’à présent peu exploité. Dans un contexte où 650 millions de personnes ont difficilement accès à l’énergie, soit près de 70% de la population, plusieurs pays africains ont entamé leur programme de transition énergétique.

Promouvoir des mécanismes de renforcement des capacités afin que les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement se dotent de moyens efficaces de planification et de gestion pour faire face aux changements climatiques, l’accent étant mis notamment sur les femmes, les jeunes, la population locale et les groupes marginalisés

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here