Agriculture : Kingoma, deuxième ZAP de la Bouenza

4
Agriculture : Kingoma, deuxième ZAP de la Bouenza
Agriculture : Kingoma, deuxième ZAP de la Bouenza

Africa-Press – Congo Brazzaville. Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Paul Valentin Ngobo, a lancé, le 27 septembre, la Zone agricole protégée (ZAP) de Kingoma, la deuxième du département de la Bouenza, et la dixième au plan national.

Plusieurs cultures seront plantées dans la ZAP de Kingoma qui s’étend sur une superficie de plus de 100 hectares. Il s’agit, entre autres, du manioc, du maïs et du soja. Lançant les activités, le ministre en charge de l’Agriculture a expliqué aux membres des quatorze groupements agricoles que compte cette ZAP que le bénéfice qu’ils en tireront de cette activité leur reviendra. En effet, le but de cette initiative gouvernementale est de contribuer, de façon substantielle, à l’augmentation de l’offre des produits agricoles sur les différents marchés afin de soulager le panier de la ménagère. « L’argent issu de la récolte revient aux membres des groupements et l’État est soulagé quand le marché est inondé de produits agricoles », a-t-il résumé.

Paul Valentin Ngobo a, par ailleurs, remis un échantillon du matériel aratoire au préfet du département de la Bouenza, Jules Monkala Tchoumou. « Je te remets cet échantillon de matériel aratoire qui va accompagner le travail sur le terrain. Il ne s’agit pas du seul type de matériel à leur offrir ; il y aura le matériel de transformation parce que nous leur demandons, par exemple, de produire du manioc, une activité qui nécessite un peu de mécanisation. Nous voulons que les producteurs de Kingoma puissent aider le pays à atteindre ses objectifs en matière agricole », a-t-il laissé entendre, promettant d’approvisionner la ZAP en eau pour l’arrosage des cultures.

Transmettant, à son tour, le matériel au sous-préfet de Madingou, Raiche Lionel Ibakako-Bomio, le préfet de la Bouenza, a demandé aux groupements de Kingoma d’en faire bon usage pour que la contribution de son département à la diversification de l’économie nationale, par le biais de l’agriculture, soit effective. Pour le sous-préfet, la ZAP de Kingoma contribuera à lutter efficacement contre le chômage, l’exode rural, l’insécurité alimentaire et la pauvreté.

De son côté, le président du groupement du Réseau des amis intimes pour le développement, Bruno Bayenda, s’est lui aussi félicité de cette initiative et des dons en nature leur permettant de réaliser les différents projets dans le domaine agricole. « Le fait de recevoir le ministre, c’est déjà un signe d’encouragement. De notre côté, nous ne devons pas faillir face à la réalité ou aux prescriptions du ministre. Détester les activités agricoles est une erreur pour les Congolais. Tous les pays développés sont passés par l’agriculture pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. Aujourd’hui, les Congolais importent plus que ce qu’ils produisent », a-t-il fait savoir.

Notons que la ZAP de Kingoma est la deuxième implantée dans la Bouenza après celle de Mayomina, dans le district de Loudima, qui a fait sortir cette année 52 tonnes de maïs. Mises en œuvre dans huit départements depuis environ un an, les ZAP sont une stratégie de développement des activités agropastorales et halieutiques inspirée par le chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, et exécutée à travers le Plan national de développement 2022-2026. Actuellement, dix ZAP ont été créées et fonctionnent. Il s’agit, entre autres, des ZAP de Malolo, dans le Niari, Mayomina et Kingoma dans la Bouenza, Oyendzé et Owando dans le département de la Cuvette, Ngo-Kouraté et Etsouali, dans les Plateaux. Selon le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, organe d’exécution du projet, l’objectif est d’atteindre cent ZAP à l’horizon 2026, correspondant à la fin du quinquennat du président de la République.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here