BIENTÔT LA MISE EN ŒUVRE D’UN PLAN DE RÉSILIENCE CONTRE LA CRISE ALIMENTAIRE

3
BIENTÔT LA MISE EN ŒUVRE D’UN PLAN DE RÉSILIENCE CONTRE LA CRISE ALIMENTAIRE
BIENTÔT LA MISE EN ŒUVRE D’UN PLAN DE RÉSILIENCE CONTRE LA CRISE ALIMENTAIRE

Africa-Press – Congo Brazzaville. Le conseil des ministres qui s’est tenu par visioconférence, a résolu le 5 mai de mettre sous peu un plan de résilience axé sur quatre piliers majeurs, afin d’éviter une crise alimentaire dans le pays.

Le plan de résilience qui va être proposé s’appuiera sur quatre piliers majeurs, le financement des actions de riposte à la flambée des prix et de soutien et de soutien aux filières agricoles nationales ; l’accompagnement des producteurs et acteurs des filières agricoles. La sensibilisation et la mobilisation des populations face aux enjeux de la dépendance alimentaire et la nécessité de consommer congolais ; le contrôle des filières, pour éviter les actes de spéculation sur les marchandises et les stocks, a soutenu le ministre de la Communication et des médias Thierry Moungalla.

Le porte-parole du gouvernement a expliqué le bien-fondé de ce plan dont l’objectif à court terme est de maintenir un bon niveau d’approvisionnement en denrées alimentaires de base et de stabiliser les prix. A moyen terme, et sans préjudice de l’exécution en cours du Plan National de Développement (PND), le plan de résilience aura pour objectif, pour les 12 prochains mois, la mise en œuvre d’actions à effet immédiat dans les secteurs agro-pastoral et halieutique.

Il s’agira d’identifier et d’accompagner les structures existantes de production des secteurs agropastoral et halieutique, afin d’augmenter leur production, a -t-il dit.

Présentant les mesures urgentes de court terme, le ministre d’Etat, du commerce, des approvisionnements et de la Consommation Claude Alphonse N’SILOU a notamment évoqué, la création d’un Fonds de résilience ; la facilitation des enlèvements des marchandises ; l’accompagnement et le soutien des importateurs ; le blocage éventuel des prix à la consommation si nécessaire, etc. Des mesures de défiscalisation ainsi que la réduction de 50% des coûts de passage portuaire des produits alimentaires de base seront mises en place, dans le respect des dispositions communautaires ; elles seront accompagnées de la constitution de stocks de sécurité en produits alimentaires de base, tels que le blé tendre, le pain, l’huile végétale, le riz, la viande porcine, la viande bovine, la volaille et le poisson de mer congelé.

Le Le ministre d’Etat N’SILOU a détaillé aux membres du Conseil des Ministres le mécanisme par lequel les stocks de sécurité seront acquis par l’Etat pour être ensuite cédés aux entreprises, contre une garantie bancaire. A moyen terme, grâce à des mesures incitatives d’accompagnement des secteurs et filières agropastorale et halieutique (défiscalisation des intrants, équipements et accessoires de ces filières) couplées à une gestion administrative plus rigoureuse de la qualité des produits, la mise en œuvre du plan de résilience amènera l’Etat à identifier et accompagner les producteurs agricoles et les éleveurs nationaux structurés de manière à augmenter leur production afin de réduire de 10% au moins par an la dépendance du Congo vis-à-vis de certains produits alimentaires de base venus de l’étranger.

A travers ces mesures, le Gouvernement entend faire de la lutte contre la flambée des prix une priorité de son action pour les prochains mois. Le Conseil des Ministres a logiquement invité les ministères compétents, sous l’autorité du Premier ministre, à finaliser l’élaboration du plan de résilience, afin que les premières mesures soient opérationnelles dans les meilleurs délais.

Le principe du plan de résilience a été approuvé lors de la réunion du Conseil des ministres tenue le 6 avril de l’année en cours.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here