Caisse d’assurance maladie universelle : début de l’enrôlement biométrique des assurés à Brazzaville

3
Caisse d’assurance maladie universelle : début de l’enrôlement biométrique des assurés à Brazzaville
Caisse d’assurance maladie universelle : début de l’enrôlement biométrique des assurés à Brazzaville

Africa-Press – Congo Brazzaville. Le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, a officiellement lancé, le 24 novembre à la direction générale de Congo Télécom, l’opération d’enrôlement biométrique des assurés de la Caisse d’assurance maladie universelle (Camu ) de Brazzaville pour une durée est estimée à trois mois.

L’enrôlement biométrique des assurés vise, dans sa phase pilote, un seuil de 110 000 personnes, ouvrants et ayants droit compris. Les cibles concernées étant les conducteurs de taxi et de bus, les retraités, les salariés d’entreprise et les agents civils de l’Etat. Selon le ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Firmin Ayessa, l’opération se déroulera dans les agences de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) du centre-ville et de Moungali, pour les retraités de cette caisse. La direction départementale de la Caisse de retraite des fonctionnaires de Brazzaville recevra ses pensionnés ; les mairies de Talangaï et de Moungali ainsi que le Centre sportif de Makélékélé recevront les conducteurs de taxi et de bus ; in situ pour les salariés d’entreprises et les fonctionnaires de l’Etat. Les montants de cotisations varient entre 20 000 et 35 000 FCFA.

« Le recouvrement des cotisations sociales des assurés qui intervient à la suite de l’enrôlement biométrique et après l’obtention de la carte de santé, ouvrira ainsi la période de carence qui permet, après trois mois de prélèvement des cotisations sociales, de donner droit aux prestations sanitaires », a précisé le ministre d’Etat.

Pour Firmin Ayessa, la mise en application de la Camu est conditionnée par l’implémentation effective d’un certain nombre d’opérations et de prérequis dont les principaux sont le conventionnement avec les formations sanitaires ; la mise en place de la solution informatique (biométrie, santé et parcours de soins) ; l’enrôlement biométrique, le recouvrement des cotisations sociales, le démarrage et le suivi de la prise en charge des assurés.

Le Premier ministre, de son côté, a rappelé que l’entrée en application de la Camu permettra aux personnes enrôlées de disposer des cartes de santé, ouvrant des droits d’accès aux soins de santé aux cotisants ainsi qu’à leurs conjoints et enfants. C’est ainsi qu’Anatole Collinet Makosso a invité toutes les couches sociales, travailleurs salariés ou indépendants, ceux du secteur public ou privé et aussi les résidents étrangers en situation régulière à se faire enrôler.

« J’appelle chacune et chacun à ce devoir de solidarité et de responsabilité, que l’on soit conducteurs de taxi ou de bus, retraités, étudiants, salariés du public ou du privé, travailleurs indépendants ou exerçant dans les professions libérales, à se faire enrôler massivement à la Caisse d’assurance maladie universelle », a-t-il exhorté, précisant que le gouvernement est en train de mettre au service de la nation un système pour lequel, aucun citoyen ne saurait rester au bord de la route, pour des besoins de santé.

Après l’entrée effective de la Camu à Brazzaville par l’opération d’enrôlement biométrique des assurés et leur prise en charge médicale dans les trois prochains mois, constituant ainsi la période de carence, le gouvernement mettra le cap, a annoncé le Premier ministre, sur les villes de Pointe-Noire et d’Oyo, avant l’extension progressive dans les autres localités sur l’ensemble du territoire national. Ainsi, pour garantir une offre des soins de santé de qualité et soutenir une couverture sanitaire universelle, l’Etat entend mettre les formations sanitaires du pays à niveau.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here