Changement climatique : le Congo se prépare pour la COP 27

1
Changement climatique : le Congo se prépare pour la COP 27
Changement climatique : le Congo se prépare pour la COP 27

Africa-Press – Congo Brazzaville. La ministre de l’Environnement, du Développement durable et du Bassin du Congo, coordonnatrice technique de la Commission Climat du Bassin du Congo (CCBC), Arlette Soudan-Nonault, a échangé tour-à-tour avec les ambassadeurs des États-Unis d’Amérique, Eugène Young; de l’Egypte, Usama Tharwat Armanious; et de l’Allemagne, Wolfgang Klapper, sur les questions liées au changement climatique et à la prochaine Conférence des parties (COP 27) qui se tiendra à Sharm El Sheikh, en Egypte, en novembre.

L’entretien entre Arlette Soudan-Nonault et Eugène Young, dont le pays n’est plus à présenter quant à l’engagement sur la protection de l’environnement, a porté sur les questions liées au changement climatique à l’orée de la COP 27. Ils ont parlé également de la protection des tourbières présentes en République du Congo.

« Avec la ministre, nous avons continué notre discussion d’il y a quelques mois. En effet, il y a quelques jours, le président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, a eu des échanges téléphoniques avec notre secrétaire d’État, Anthony Blinken. Lors de ces échanges, les deux personnalités ont abordé plusieurs sujets, notamment ceux liés à la protection de l’environnement et des forêts du Bassin du Congo. Dans le même cadre, la ministre Arlette Soudan-Nonault s’est entretenue avec l’émissaire américain pour le climat, John Kerry, en marge de la Conférence des ministres africains de l’Environnement à Dakar, il y a deux semaines. Nous voulons renforcer la coopération bilatérale entre nos deux États et cette coopération pourra servir non seulement le Congo ou les États-Unis d’Amérique, mais l’humanité tout entière », a déclaré l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique, Eugène Young.

La COP 27, une COP de l’action

Autorité nationale désignée du climat de la République du Congo, porteuse des COP, la ministre Arlette Soudan-Nonault s’est ensuite entretenue avec le diplomate égyptien, pays hôte de la COP 27, Usama Tharwat Armanious. Les deux personnalités ont parlé des préparatifs de cette COP sur le changement climatique et la participation au haut niveau du président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, président de la CCBC, au sommet des chefs d’État et de gouvernement qui se tiendra en Egypte en marge de la COP 27. La ministre et le diplomate égyptien ont évoqué aussi la pré-COP 27 qui va se tenir du 3 au 4 octobre en République démocratique du Congo. « L’Afrique est le moindre contributeur des émissions de carbone, donc nous sommes les moins pollueurs et malheureusement, nous sommes les plus grandes victimes. Les pays africains subissent les effets négatifs de la situation. Il y a des problèmes d’inondation, d’alimentation avec des cycles de saisons qui ont été perturbés. On veut que cette COP 27, qui va se tenir en Egypte au nom du continent africain et des pays africains, arrive à des résultats concrets et garantisse la mise en œuvre des promesses des pays développés à l’appui des pays africains pour les aider à combattre ces effets », a déclaré le diplomate égyptien. Au regard de tout cela, les pays africains décident d’aller à la COP 27 avec un seul objectif, faire de cette COP une COP de l’action, de la mise en œuvre de toutes les COP.

Pour sa part, le diplomate allemand, Wolfgang Klapper, a souligné à sa sortie d’audience que son pays a renforcé la coopération avec la République du Congo sur les questions liées à la protection du climat. L’Allemagne est en train de mettre en place un projet appelé Paco. Il s’agit de mesurer les conséquences du changement climatique et de mettre en œuvre des projets concrets de protection contre les conséquences du changement climatique au Congo. « La République du Congo est le seul pays d’Afrique centrale qui est choisi à participer au projet Paco et qui est éligible à recevoir les financements dans ce sens. Aujourd’hui, nous avons travaillé concrètement sur le texte du projet. Toutes les propositions du Congo semblent justifiées. J’espère que d’ici à quelques semaines, nous disposerons de la version finale du texte et la mise en œuvre du projet pourra commencer. On a aussi constaté qu’en ce qui concerne la protection de l’environnement, l’Allemagne et la République du Congo sont des alliées fortes et notre passion de protéger l’environnement est partagée », a déclaré l’ambassadeur de l’Allemagne.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here