Gouvernance publique : déclaration du conflit d’intérêts des membres du gouvernement

1
Gouvernance publique : déclaration du conflit d’intérêts des membres du gouvernement
Gouvernance publique : déclaration du conflit d’intérêts des membres du gouvernement

Africa-Press – Congo Brazzaville. Trois ministres se sont présentés, le 18 avril, à la Haute autorité de lutte contre la corruption (Halc), dans le cadre de l’opération de déclaration du conflit d’intérêts.

Le ministre de la Jeunesse, des Sports, de l’Education civique, de la Formation qualifiante et de l’Emploi, Hugues Ngouélondélé ; la ministre de l’Industrie culturelle, touristique, artistique et des Loisirs, Lydie Pongault ; et la ministre de l’Economie forestière, Rosalie Matondo, ont fait leur déclaration du conflit d’intérêts, le 18 avril, premier jour de l’opération. « Nous avons le devoir de respecter la loi qui exige que nous puissions faire la déclaration du conflit d’intérêts », a indiqué la ministre Rosalie Matondo. Son collègue Hugues Ngouélondélé a abondé dans le même sens en soulignant qu’il s’agit d’un acte citoyen à accomplir car nul n’est au-dessus de la loi.

Selon le calendrier du déroulement de cette opération de déclaration du conflit d’intérêts, c’est le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, et l’ensemble des membres du gouvernement qui devraient accomplir l’acte le 18 avril. Seulement, l’agenda national surchargé ne l’a pas permis. C’est donc dans les prochains jours que le chef et les autres membres de l’exécutif se présenteront à la Halc.

« Ceux qui ne se présenteront pas trouveront la Halc sur leur chemin », a averti le président de la structure de lutte contre la corruption, Emmanuel Ollita Ondongo. Il s’est dit satisfait de voir les membres du gouvernement et les responsables de plusieurs autres structures, notamment la primature et la Halc, être présents le premier jour du lancement de l’opération de déclaration du conflit d’intérêts. Pour Emmanuel Ollita Ondongo, il faut redorer l’indice de l’amélioration de la lutte contre la corruption.

Cette opération se poursuit. Selon le calendrier, le 19 avril ce sont les départements ministériels qui vont passer: les membres des cabinets, les directions rattachées aux ministères ; les directions générales des structures sous tutelle ; les directions départementales présentes à Brazzaville. Le 22 avril, le tour reviendra aux présidents et membres des bureaux des institutions constitutionnelles: la Cour des comptes et de discipline budgétaire ; le Conseil économique, social et environnemental ; la Commission nationale des droits de l’homme ; la Commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques ; le Commissariat général aux comptes ; l’Inspection générale de l’Etat… La liste n’est pas exhaustive.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here