Emploi et formation : la délégation congolaise satisfaite des résultats de l’atelier régional

1
Emploi et formation : la délégation congolaise satisfaite des résultats de l’atelier régional
Emploi et formation : la délégation congolaise satisfaite des résultats de l’atelier régional

Africa-Press – Congo Brazzaville. Les résultats de l’atelier régional sur la co—construction de la Jobs facility, tenu à Saly, au Sénégal, du 18 au 22 octobre, ont été présentés le 11 novembre par l’équipe technique du point focal Congo lors d’une cérémonie de restitution.

Quarante-cinq participants venus du Burkina Faso, du Sénégal, de Côte d’Ivoire, du Gabon, de la Mauritanie et du Congo ont partagé les informations et les expériences afin de trouver les approches de la formation et l’emploi des jeunes dans leurs différents pays. Les assises du Sénégal s’inscrivaient, en effet, dans la continuité des ateliers pays sur les états de lieux des politiques Emploi- Formation. Le Congo l’avait organisé du 19 au 20 juillet avec l’appui technique du Bureau international de travail et l’Agence française de développement (AFD) en vue de faire un diagnostic sur les problématiques de l’emploi et de la formation, puis dégager les défis.

La Jobs facility est un concept qui fait partie des trois composantes du projet d’Accompagnement et de renforcement des capacités pour la définition, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de politiques Emploi-Formation des jeunes ( ARPEJ). A Saly, les participants ont eu à cœur la volonté de construire un modèle type de système Emploi-Formation sur la base des états de lieux faits dans chaque pays et de permettre aux équipes techniques des pays de mieux maîtriser ou approfondir les concepts et le cycle du projet ARPEJ. « Il fallait trouver comment on pouvait mobiliser les dispositifs que nous pouvons implémenter dans les pays en tenant compte des expériences et des réalités de chaque pays. Il était question de proposer un modèle idéal de système emploi-formation applicable dans la sous-région, dans les pays bénéficiaires en tenant compte des écosystèmes spécifiques de chaque pays », a expliqué Auxence Léonard Okombi, le directeur général de la Formation qualifiante et de l’Emploi.

La délégation congolaise s’est réjouie d’avoir eu une meilleure connaissance sur la convention 122 de l’Organisation internationale du travail qui traite les politiques en matière de l’emploi et de la formation. Le Congo, a révélé Joseph Akondzo Nguiambo, directeur général du Travail, va ratifier rapidement cette convention « puisqu’il a reçu l’avis favorable de la Cour suprême qui avait été saisie. Certaines discussions sont déjà engagées au niveau de certaines commissions de l’Assemblée nationale. »

« Nous nous réjouissons aussi que la convention 122 soit déjà dans les différentes chambres du Parlement afin qu’elle soit ratifiée dans les meilleurs délais », a commenté Charles Makaya. La feuille de route définissant les prochaines étapes de la co-construction de la Jobs facility a été adoptée. Après l’atelier de Saly, la délégation congolaise participera en janvier 2022 à un deuxième atelier régional à Turin, en Italie, pour définir les types d’appui possibles aux pays bénéficiaires ainsi que les outils de suivi et évaluation. Un autre atelier national par pays est également prévu en février 2022 sous l’égide de l’AFD et du Bureau international du travail pour définir les priorités pays devant recevoir les appuis définis à Turin. En avril, sera organisé un autre atelier pour un suivi évaluation des premiers appuis apportés par le projet au pays.

« Les objectifs au regard des résultats ont été atteints. En ce qui concerne le gouvernement, une feuille de route a été mise en place, notamment celle qui décline les différentes étapes qui vont jusqu’en avril 2022. Le gouvernement mettra tout en œuvre pour faire que les étapes suivantes se réalisent dans les délais prescrits. En fonction de cela, un certain nombre de flux a été défini, le gouvernement se l’appropriera également et travaillera avec tous les partenaires que vous êtes, ainsi que ceux techniques et financiers pour faire en sorte que la politique de l’emploi tienne compte de tous ces aspects », a déclaré Charles Makaya, directeur de cabinet du ministre en charge de la Formation qualifiante et de l’Emploi.

Rohen D’Aigle Pierre, le représentant de l’AFD, a assuré la volonté de l’agence française de mettre les moyens et de l’énergie pour faire avancer le projet. Au Congo, l’AFD accompagne ARPEJ, un projet régional multi-pays mais aussi le projet Arcefa qui vise à accompagner les centres d’éducation, de formation et d’apprentissage, un outil et un levier pour améliorer l’employabilité des jeunes au Congo sans oublier l’Agence congolaise pour l’emploi et le Fonds national d’appui à l’employabilité et à l’apprentissage.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here