Congo/FMI : la France mise sur la signature d’un nouvel accord

4
Congo/FMI : la France mise sur la signature d’un nouvel accord
Congo/FMI : la France mise sur la signature d’un nouvel accord

Africa-Press – Congo Brazzaville. Reçu en audience le 15 novembre à Brazzaville par le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, l’ambassadeur de France au Congo, François Barateau, a indiqué que la signature de l’accord

avec le Fonds monétaire international (FMI) marquera le retour des partenaires financiers dont la France.

« Cet accord avec le FMI, nous l’attendons tous, ce sera un signal très positif de rétablissement de la confiance…Nous attendons que cet accord soit signé comme nous l’avions fait en 2019 pour apporter notre pierre. C’est un signal positif du point de vue économique et financier. Je suis venu réaffirmer au Premier ministre, après notre ministre de Finances à Paris, que nous sommes disposés à appuyer cette dynamique positive », a expliqué le diplomate français en poste à Brazzaville.

Insistant sur la relance économique, François Barateau a rappelé que cet aspect était prioritaire au regard du contexte assez favorable de remontée de cours du pétrole qui donne un peu de marge financière à la République du Congo. Une occasion d’alléger la dette et de faciliter les négociations avec le FMI.

« Il faut remettre l’économie congolaise sur des rails corrects… Donc, ce travail est en train d’être fait et la France apporte toute sa contribution à Washington, auprès du FMI. Ici, nous avons, par exemple, placé un expert technique tout récemment auprès de la direction générale des finances »

, a poursuivi l’ambassadeur de France, précisant que son pays travaille actuellement sur l’allégement de la dette, afin de remettre le Congo sur les bons rails de la diversification économique et du développement.

François Barateau a échangé avec le chef du gouvernement, trois mois après la visite de Collinet Makosso à Paris, en France. En effet, les deux personnalités ont fait le point de ce déplacement. « Je crois qu’il est jugé très positif sincèrement. Nous avons aussi fait le point des attentes qui ont été exprimées, lors de ces nombreux entretiens que le Premier ministre a eus à Paris ; des engagements mutuels qui ont été pris de part et d’autre pour avancer vers la diversification économique. Donc, c’est un point d’étape plus intéressant qui nous aura permis de balayer un certain nombre de sujets », a-t-il précisé.

François Barateau a, par ailleurs, salué les conclusions de la conférence internationale sur la Libye à laquelle ont pris part plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement dont le Congolais Denis Sassou N’Guesso. Selon lui, la Libye qui a connu une crise très forte est en bonne voie. Cette conférence avait, a-t-il dit, pour objet d’aider à ce que tous les partenaires impliqués dans ce dossier s’entendent, parlent d’une même voix et travaillent dans le même sens. « Le président Macron avait tenu effectivement à ce que le président Sassou qui dirige le comité de haut niveau de l’Union africaine sur le dossier libyen soit là. C’était l’essentiel que l’Afrique dise ce qu’elle a à dire sur le dossier libyen, c’est naturellement primordial », a-t-il conclu.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here