COP28 : l’Afrique appelle à des résultats concrets

2
COP28 : l’Afrique appelle à des résultats concrets
COP28 : l’Afrique appelle à des résultats concrets

Africa-Press – Congo Brazzaville. Les chefs d’État du monde entier se sont succédé, le 1er décembre à la tribune de la COP28, pour expliquer comment ils entendent respecter leurs engagements afin de lutter contre la crise climatique.

Une dizaine de présidents africains a pris la parole. Chacun a rappelé l’importance d’aboutir à des résultats concrets et de sortir enfin de la logique « de petits pas » qui a longtemps caractérisé les différentes rencontres de ce genre.

« L’Afrique est prête à jouer pleinement son rôle dans la lutte contre le changement climatique », a déclaré d’emblée le président kényan, William Ruto. Fort du succès du sommet de Nairobi, qui a abouti à un consensus des chefs d’État africains, il a plaidé pour le triplement de la part des énergies renouvelables pour sortir du charbon. Il a aussi rappelé la promesse de son pays de passer entièrement aux énergies renouvelables d’ici à 2050.

Pour favoriser la transition énergétique, « il faut considérer l’opportunité que représentent les crédits carbone et améliorer le stockage de CO2 », a relevé, pour sa part, le président du Mozambique, Filipe Nyusi. Un point de vue partagé par le chef de l’État zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, qui veut développer davantage le marché du carbone. La Namibie, quant à elle, a proposé de développer sa filière de l’hydrogène vert. La Guinée-Bissau a rappelé avoir classé plus de 26% de son territoire en zone protégée. Des efforts qui nécessitent plus de financements, a insisté la Mauritanie.

Si la mise en opération d’un fonds pertes et préjudices a été globalement saluée, les Seychelles rappellent que ce fonds doit être accessible à ceux qui en ont le plus besoin.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here